Comment ? quoi ? tu as dit quoi ?

Depuis quelques temps, vous avez l’impression que votre enfant vous epuis quelques temps, vous avez l’impression que votre enfant vous
entend moins bien. Lorsque vous l’appelez, vous devez répéter pour entend moins bien. Lorsque vous l’appelez, vous devez répéter pour
qu’il réponde. S’il est plus petit, vous trouvez qu’il ne babille pas ou qu’il qu’il réponde. S’il est plus petit, vous trouvez qu’il ne babille pas ou qu’il
sursaute quand vous apparaissez devant lui. Ces signes doivent vous sursaute quand vous apparaissez devant lui.

Ces signes doivent vousalerter !
La perte d’audition est fréquente. Elle peut avoir des conséquences sur le développement du langage. Surtout, sachez qu’il existe des traitements !

 

Que sait-on ?


Selon la Haute Autorité de Santé française (HAS), un nouveau-né sur 1000 est touché par la perte d’audition.
A l’entrée à l’école, 3 à 4% des enfants sont touchés par une perte auditive légère.

 

Quels sont les signes qui doivent vous alerter ?

 

1. Dans les premiers mois de vie :
L’appauvrissement du babillage ou un bébé trop indifférent aux bruits et qui sursaute quand vous apparaissez dans son champ de vision.

 

2. A partir de 2 à 3 ans, jusqu’à 6 ans : un retard de langage, des troubles de l’articulation, un enfant qui fait répéter, qui ne tient pas en place ou au contraire qui est introverti.

 

3. A partir de 5-6 ans, des difficultés d’apprentissage notamment de la lecture. Dans mon expérience, les parents sont les meilleurs observateurs et il faut toujours les prendre au sérieux. J’ai pendant de longues années dit que je préférais faire un test auditif pour rien plutôt que de passer à cote d’une surdité et d’en retarder le diagnostic.

 

Que devez-vous faire ?


Consulter un médecin ORL qui appréciera l’histoire médicale de votre enfant (cas de surdité familiale, circonstances de la naissance et de la grossesse, âge de la marche etc...)
Il examinera votre enfant, enlèvera un bouchon de cérumen si nécessaire pour faire le test auditif dans de bonnes conditions, découvrira peut-être une otite séreuse (liquide derrière le tympan) et vous prescrira un bilan auditif.

 

 

Le bilan auditif : comment cela se passe ? Il dépend de l’âge de l’enfant


1. A la naissance et pendant les premiers mois de vie, on pratiquera de première intention des otoémissions  provoquées ou des potentiels auditifs automatisés.

Il existe en France un programme de dépistage systématique de tous les enfants à la maternité ou dans le premier mois de vie. Celui-ci existe également dans la plupart des grands hôpitaux israéliens. Ce test ne demande pas laparticipation de l’enfant mais nécessite qu’il soit calme.

Il permet de dire que l’audition est comprise entre 0 et 35 décibels (c’est à dire que l’audition est normale ou que l’atteinte est légère) et qu’il n’y aura donc pas d’entrave à’l'acquisition du langage.

Ce test veut dire que tout va bien à la naissance et c’est très rassurant mais ne doit pas vous faire relâcher votreattention car il existe des pertes auditives qui apparaissent secondairement au cours de la petite enfance.


2Chez le petit enfant (de 6 mois à 3 ans et demi),on utilisera des tests dit comportementaux c‘est à dire qui nécessite la participation de l’enfant. Le principe est d’envoyer un son dans la pièce et de capter la réaction de l’enfant (en utilisant un réflexe de conditionnement et/ou un système de récompense). Ces tests sont très dépendants de l’expérience de l’audiométriste et de l’état de concentration de l’enfant. (Pour ma part, je ne fais ce test que le matin ou après une sieste pour obtenir des réponses
fiables). Ce test est complété pardes désignations d’images, des mini scenarii sonores.


3. A partir de trois ans et demi, le test se rapproche plus de celui de l’adulte. L’enfant a un casque sur les oreilles (ce qui permet de tester chaque oreille séparément) et donne la réponse en empilant par exemple des anneaux devant lui. Le test des sons est toujours complété par la répétition de listes de mots adaptés à l’âge ou par la désignation d’images si l’enfant n’est pas capable de répéter. 

Quelque que soit l’âge, le test est complété par une tympanométrie (examen rapide indolore qui donne de façon objective l’état de l’oreille moyenne (y a-t-il ou non du liquide dans l’oreille ?)

 

Et après ?


Les résultats de l’audiométrie sont consignés sur un graphique qui permet de classer la perte auditive en fonction
de son intensité (audition normale, perte légère, moyenne, sévère ou profonde), en fonction de son origine (oreille moyenne, oreille interne ou mixte) selon la date d’installation (pré-linguale, péri-linguale ou post-linguale), selon l’évolutivité, la cause de la surdité si on la retrouve etc...

En fonction de tous ces critères, le médecin ORL sera peut-être amené à prescrire des examens complémentaires par exemple des PEA appelé BERA en Israël, un scanner, une IRM ou rechercher des anomalies associées sur d’autres organes (œil rein...). Surtout il vous proposera un traitement qui peut être selon les cas, chirurgical (par exemple des yoyos en cas d’otite séreuse), un appareillage ou en cas de surdité profonde, un implant cochléaire.

Dans tous les cas, il assurera le suivi et vous proposera si nécessaire un accompagnement et/ou une prise en charge orthophonique pour aider votre enfant à compenser le retard ou les difficultés rencontrées.

 

 

Docteur Esther Harboun Cohen
Ancien interne et chef de clinique des hôpitaux de Paris
ORL spécialisée en surdité et vertiges


Harav Reines 18 Bet Harofim - בית הרופאים ריינס 18

 

 

☎️ 058 401 83 08

www .orl-tel-aviv.com


esther.harbouncohen@gmail.com