Le choix

October 24, 2018

Fin d’après-midi. La journée a été intense. Réveil très tôt, dans l’ouragan habituel, un bon café et c’est parti pour la gestion parentale plus ou moins maîtrisée de la petite tribu. Bouffée d’amour pour chacun d’entre eux, au moment de les laisser au gan ou à l’école. Echange de regards entendus avec les autres parents que tu croises. Pfiou, on bosse dur, tous, le matin… Et puis tu prends ta voiture pour te rendre au travail. Un autre univers avec sa propre charge mentale. Tu vaques à tes activités, et en milieu d'après-midi, tu te dépêches de refermer tes dossiers pour récupérer tes petits. Pas le temps de repasser à la maison, tu pointes à 17:00 à la sortie du tsaharon.

Bonjour mes amours ! Comment c’était aujourd’hui ? Kef.

Tu les laisses jouer dehors une dizaine de minutes, mais tu n’as qu’une envie aujourd’hui : rentrer. Ils acceptent avec plus ou moins de bonne volonté. Non-les enfants, pas de copains ce soir, maman a mal à la tête. Direction la maison. On y va. Porte d’entrée franchie, enfin. Les enfants jettent leurs sacs à terre et se ruent vers leurs activités, en plein vacarme, chacun réclamant ton aide ou ton écoute, à tour de rôle, où en même temps le plus souvent.

De ton côté, tu n’as pas encore posé ton propre sac. Tu fermes les yeux et tu prends une grande inspiration.

Parfois ça passe tout seul, tu as de l’énergie, ça bouge beaucoup, c'est bruyant mais vivant, tu gères en faisant de ton mieux. Tu en profites même. Tu remercies.

Mais souvent,  en semaine, comme aujourd’hui, tu es juste trop fatiguée. Contrariée par quelque chose qui n’a rien à voir avec eux mais qui occupe ton esprit. Et seule jusqu’au soir. Tu n'as qu'une envie, c'est de passer le relais, de t'allonger sur le canapé et de profiter du silence. Laisser toute la pression retomber et reprendre des forces à ton rythme. Mais ce n’est pas possible, en tout cas pas maintenant. Car eux sont là, entiers et exigeants !

Tu vois se dresser devant toi, routinière et menaçante, la liste des choses encore à faire avant leur coucher. Boîtes, machines, repas, bains, rangement...au milieu de leurs voix haut  perchées qui défient tes oreilles. Et de leurs sollicitations sans fin. Le découragement te gagne.

Et au premier cri, à la première chamaillerie, tu te retrouves sur une pente glissante dont tu connais bien les écueils. Ta réserve de patience est presque à sec et tes nerfs à fleur de peau. Je vous ai dit dou-ce-ment les enfants !!

Tu sais bien, quelque part au fond de ton esprit, derrière toutes les couches de brumes, que ça pourrait être mieux que ça. Mais là, tu n’y arrives pas. Tu voudrais juste du calme.

MAAAAMAAANN !!!

Tout dépend de toi maintenant. Tu as le choix, même si tu n’as pas toujours la force d’en prendre conscience.

Si tu ne réagis pas, si tu te laisses emporter par la fatigue ancrée dans la moindre de tes cellules et par ton mal de tête lancinant, alors tout basculera. Ce qui pourrait être un petit paradis se transformera en prison. Tu ressentiras le moindre accroc comme une agression et tu commenceras à hausser la voix, pas pour éduquer, non, pour te défouler. Ta conscience le saura et ajoutera à ton mal-être une dose de culpabilité, pour la route. La soirée traînera et tu ne pourras pas reprendre le dessus. Tu n’attendras que le moment du coucher, gâchant ce temps précieux avec eux en te repliant sur toi. Et quand tu seras seule, enfin, dans ce silence tant attendu, il aura un goût amer.

Mais parfois tu choisis de réagir à temps et  de chercher, au prix d’un véritable effort, une petite étincelle de lumière au creux de la vague. Malgré la liste accablante, les interactions bruyantes et les disputes pour des broutilles. Tu trouves la force de te préparer une boisson chaude et de t'isoler pour quelques minutes. Tu reprends tes esprits: Tu remets à plus tard ta fatigue et ta mauvaise humeur. Tu renonces à ton envie pressante de te plonger dans ton téléphone pour te vider l’esprit, et tu prends une décision: Il te reste deux heures avant le coucher, tu feras en sorte que l'essentiel soit bien, vraiment.

Tu reviens vers eux.

Mais cette fois tu ne cries pas NON! à la petite qui veut encore un gâteau et tu n’attrapes pas sa main un peu trop fort pour te faire respecter. A la place, tu t’assoies à sa hauteur et tu détournes son attention vers autre chose. Tu rentres dans son monde et tu prends quelques minutes pour jouer avec elle. Ses yeux brillent de plaisir. Tu retrouves à tâtons l’équilibre entre la douceur et la fermeté et tu offres ta présence attentive aux grands, aussi. Tu gagnes au passage une confidence de ton aîné qui se serait peut être perdue en chemin, si tu n'avais pas été là, ici et maintenant.

La lumière dans le salon semble soudain plus douce. La maison entière parait plus accueillante. Le calme est revenu.

Et toi qui pensais que tout ce stress venait d’eux…

Les enfants, est ce que vous voudriez manger des toasts sur la terrasse ce soir, pour changer? Cris de joie dans la maison. La soirée qui s’annonçait morose prend des allures de fête. Vous regardez ensemble le soleil se coucher. Tu te surprends à savourer la brise légère de cette soirée d’automne. Déjà l'automne? Tu respires un grand bol d'air frais...et tu reprends avec eux ta petite course du soir, presque sans accrocs. Hop hop hop, le bain, les dents, on y va les cocos.

Ce n'est pas toujours nécessaire, évidemment, et ce n'est pas toujours possible, malheureusement, mais aujourd'hui tu peux être fière: Tu as fait le bon choix.

Le blog d'Elisabeth Rozen


 

 

 

 

 

Please reload

Retrouvez-nous sur
  • Facebook Basic Square
Articles récents

November 4, 2019

September 10, 2019

July 31, 2019

December 14, 2018

October 24, 2018

August 28, 2018

Please reload

Archives
Please reload