L'allaitement

L'allaitement 

 

La décision d’allaiter vous appartient, ainsi qu’à votre conjoint. Le meilleur choix est celui que vous ferez dans un souci de bien-être pour vous et votre enfant...

Au moment d'allaiter bébé,vous avez le choix entre différentes positions. Comment se positionner pour être à l'aise pendant que bébé tète ?

    

La positition  dite " madone ou berceau " 

 

°Installez –vous  sur un siège / fauteuil  confortable avec un dossier et repose bras , pour que l’assise puisse rester agréable si la tétée se prolonge…

°Le dos est arrondi, et non pas droit, pour éviter les tensions dans la colonne vertébrale et le périnée.

°Pour arrondir le bassin et faciliter la circulation, les pieds sont en hauteur posés sur un tabouret ou une table basse, plutôt que sur le sol ; à défaut, ils sont à plat en appui sur un support stable, afin d’éviter toute crispation des jambes.

°Votre bébé est calé  sur votre  ventre ou un coussin ; il est entièrement sur le côté, le nombril tourné vers vous, les fesses soutenues par une main et la tête reposant sur un avant-bras, au pli du coude pour être stable.

°Le poids du bébé n'est pas sur les bras.
 

La position allongée :

 

°Vous  êtes allongée sur le côté, la tête appuyée sur un oreiller ou sur vote bras, la jambe supérieure repliée pour ne pas basculer en avant.

°Votre bébé est allongé sur le côté face à vous, retenu en arrière par votre  bras. La bouche est au niveau du mamelon.

°Pas d’inquiétude, votre bébé est suffisamment loin du rebord du lit, pour ne pas risquer de tomber
 

 

La position en califourchon : 

 

°Votre bébé est à la verticale, à califourchon sur votre cuisse .

°Votre main soutient fermement ses reins et l'autre retient légèrement sa tête.              
 

 

Lorsque les mamans qui allaitent leur bébé doivent s'absenter pour un rendez-vous professionnel ou médical , ou tout simplemet pour reprendre le  travail , mais aussi pour faire participer papa  utiliser un tire-lait s'avère très pratique. 

Comment utiliser un tire-lait et conserver mon lait ?

 

 

Avant de tirer du lait  :

 

° Il faut se laver les mains

° Il faut veiller à la propreté des ustensiles de conservation. Les ustensiles de conservation recommandés sont des ustensiles en verre, en plastique dur ou des sacs en plastique destinés à la conservation du lait maternel. 

° Il est conseillé de se servir d'un ustensile de conservation différent à chaque fois que vous tirez votre lait. 

° Il est possible de mélanger du lait qui a été refroidi dans le réfrigérateur et du lait congelé, tant que la quantité ajoutée est inférieure à celle du lait congelé afin d'éviter que le lait ne dégèle. 

° Il est préférable de conserver le lait tiré dans de petites quantités appropriées à un repas afin de réduire le gâchis. 

° Il faut mettre une étiquette sur l'ustensile de conservation avec la date à laquelle le lait a été tiré.

 

Conservation du lait tiré 

 

° On peut conserver le lait maternel jusqu'à 10 heures à une température ambiante de 19-22 degrés Celsius, et jusqu'à 4 heures à une température ambiante de 22-25 degrés Celsius. 

° Le lait maternel tiré est conservable jusqu'à 8 jours au réfrigérateur. 

° On peut également conserver le lait au congélateur 

° Qui se trouve dans le réfrigérateur (a des températures diverses dues à l'ouverture récurrente de la porte du réfrigérateur – jusqu'à deux semaines.

° Ayant une porte séparée du réfrigérateur (à des températures diverses dues à l'ouverture récurrente de la porte du congélateur)  jusqu'à 3 – 4 mois.

° Congélation profonde (moins 19 degrés Celsius) – 6 mois et plus.

° Il faut déposer l'ustensile bien à l'intérieur du réfrigérateur ou du congélateur et non pas sur le devant ou sur une étagère dans la partie intérieure de la porte.

° Décongeler et réchauffer le lait 

° Le lait maternel qui était au réfrigérateur doit être réchauffé à la température ambiante dans un ustensile contenant de l'eau chaude. 

° On peut sortir le lait congelé une heure avant son utilisation et il faut réchauffer l'ustensile avec de l'eau chaude, ou le décongeler à la température ambiante. 

° On peut sortir le lait du congélateur du réfrigérateur et s'en servir dans les 24 heures suivantes. 

° On peut se servir du restant du lait décongelé dans les 4 heures suivant la décongélation. Au delà de 4 heures, il faut le jeter.  

° Il ne faut pas réchauffer le lait maternel dans de l'eau bouillante ni au four à micro-ondes. 

° La matière grasse du lait a tendance à se séparer et à flotter en haut, et, par conséquent, il faut mélanger le lait doucement s'il a été décongelé et vérifier sa température avant le repas.  

°Pour d'avantages de conseils, vous pouvez vous adresser à la "Tipat Halav" (Dispensaire de la Santé Familiale) la plus proche de chez vous.

     


Source du ministère de la santé 

Quelle est la composition de votre lait ?

 

° Eau : 87,5 %.

° Glucides : 7 %, dont 60 g/l de lactose.

 

Le colostrum (le premier lait sécrété par la jeune maman) contient de très nombreux sucres qui n’existent que chez l’être humain et qui contribuent à bâtir la flore intestinale de bébé.

 

° Lipides : 4 %, soit environ 40 g/l. Ils ne sont délivrés qu’en fin de tétée, car leur sécrétion est lente : une bonne raison de ne pas écourter les repos de votre bébé ! Ils sont très importants pour le système nerveux et le système cardio-vasculaire de votre tout-petit.

° Protides : 1 %, soit 9 à 12 g/l, dont :

° Des protéines, essentiellement contenues dans le lactosérum (le petit-lait) et la caséine. Elles contribuent à fournir des défenses immunitaires et des anticorps pour faire barrage aux infections.

° Des enzymes qui aident à la bonne absorption des graisses et sont également l’un des bactéricides du lait maternel.

° Des acides aminés : ils permettent également la bonne assimilation des lipides, essentielle pour la construction des cellules cérébrales.

° Des hormones : elles favorisent la croissance et le développement des organes sexuels.

° Les micronutriments : 0,5 %, soit 2 g/l. Parmi eux, les sels minéraux et les oligo-éléments qui participent à la constitution du squelette : fer, cuivre, magnésium, phosphore, calcium…

 

Cette composition n’est pas immuable ,elle varie tout au long des premières semaines.

Votre bébé tète tout d’abord le colostrum, un liquide jaune assez consistant durant ses cinq premiers jours de vie environ.

 

Le colostrum est très riche en vitamines, en protéines, en sels minéraux et en immunoglobulines assurant la défense immunitaire du nourrisson.

Vient ensuite le lait de transition : durant les deux semaines suivantes environ, sa teneur en immunoglobulines et en protéines baisse, tandis que les taux de lactose et de calcium deviennent plus importants.

 

Enfin, le lait mature apparaît lors de la troisième semaine d’allaitement et a un aspect plus dilué.

Sa composition s’adapte à l’âge et aux besoins de l’enfant afin de parfaitement répondre aux impératifs de sa  croissance.

 

Votre  alimentation  pendant  l’allaitement 

 

Il est plus que jamais important d’avoir une alimentation saine et variée, car les nutriments contenus dans ce que vous mangez passent dans votre lait et profitent à votre bébé.

 

Par ailleurs, l’allaitement constitue aussi une dépense d’énergie pour votre organisme : votre corps va puiser directement dans vos réserves. Enfin, la production de lait « consomme » beaucoup de liquide : il faut donc vous hydrater un maximum et boire au moins 1,5 à 2 litres d’eau minérale ou de source par jour. Misez aussi sur les tisanes ; certaines « spéciales allaitement » boosteront votre production !

Évitez le thé et le café, dont les principes actifs excitants peuvent agir sur bébé.

 

Les protéines et les glucides

Comme pendant la grossesse, les protéines aident bébé à constituer ses muscles… et les vôtres !

Quant aux glucides, ils sont intéressants car ils vous calent sans pour autant vous faire grossir.

 

Les lipides

Les graisses constituent un apport indispensable pour bébé. N’hésitez pas à varier les huiles et préférez les matières grasses crues.

Les omégas 3 et 6 doivent être intégrés à votre apport quotidien, et non pris « en plus ».

 

Le calcium

Indispensable, évidemment, pour que votre lait donne le meilleur de lui-même !

Misez sur les laitages nature, et faites attention au fromage, très calorique…

 

Le magnésium

Important pour la formation du système nerveux de bébé, il vous préserve des coups de pompe et de la déprime.

À retrouver entre autres dans les bananes et le chocolat noir, avis aux gourmandes…

 

Les vitamines B9 et D

L’acide folique et la vitamine D conservent de nombreux bienfaits une fois que bébé est né ; ne vous en privez pas !

 

Le  goût

L’une des particularités du lait maternel est de prendre le goût de ce que vous mangez.

C’est un excellent moyen de faire découvrir les saveurs à bébé, mais gare à certains aliments qui transmettent aussi leurs inconvénients :

le chou, par exemple, dont le goût fort peut rebuter bébé », provoque parfois des gaz et des ballonnements.

 

Comment savoir si mon bébé boit suffisamment ? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Difficile de savoir exactement la quantité de lait que votre bébé a avalée.

Heureusement, certains indices ne trompent pas : les urines et les selles. Après chaque tétée, s’il élimine, c’est qu’il a consommé. Logique !

 

° Vous le voyez avaler 

° Votre bébé tète bien et souvent : de 8 à 12 fois en 24 h

° Il semble satisfait et détendu lorsqu'il se détache du sein 

° Vos seins sont plus mous après la tétée.

° Le poids de votre enfant augmente suffisament et régulièrement 

 

En revanche, s’il émet peu d’urine et de selles, soyez vigilante. Il ne mange sans doute pas assez. Il faut alors surveiller son poids de près et demander conseil à votre médecin. 

Peut-être n'avez-vous pas suffisamment de lait : fatigue et stress peuvent bloquer la lactation. Dans ce cas, repos obligatoire !

Autre hypothèse, votre bébé n’a pas d’appétit.

À vous de le stimuler : détendez-vous, mettez-le sur vous, caressez-lui tout doucement les pieds, dégagez vos seins pour qu’il sente leur odeur.

 

Les petits maux de l’allaitement

 

Allaiter comporte aussi une part d’inconfort : crevasses, douleurs et engorgements peuvent survenir. Ne vous laissez pas décourager par ces petits maux bénins : des solutions faciles existent pour vous soulager.

 

Les  crevasses

      

Il s’agit d’une irritation du mamelon due, la plupart du temps, à une mauvaise position de bébé au moment de la tétée. Les crevasses apparaissent plus facilement si votre peau est sensible et fragile ou si vous souffrez d’écoulements constants qui entretiennent l’humidité et macération. Le mamelon est rouge et enflammé, des fissures peuvent se former et parfois saigner.

 

Que faire si la crevasse survient ?

 

° Évitez le port de coquilles recueille-lait pendant quelques temps et laissez vos seins à l’air libre dès que possible pour éviter la macération.

° Changez vos coussinets d’allaitement dès qu’ils sont humides et privilégiez les modèles en coton qui laissent respirer la peau.

° Pas de toilettes répétées avec des produits agressifs : nettoyez vos seins une fois par jour avec un produit doux.

° Étalez un peu de votre lait sur le mamelon douloureux. Très gras, il nourrira votre peau.

° Privilégiez des crèmes réparatrices spécifiques. Avec leur composition naturelle, vous n’êtes pas obligée de la nettoyer avant la tétée.

° Utilisez des bouts de sein en silicone. Ils vous soulageront et aideront votre bébé s’il ne prend pas bien le sein.

 

L’engorgement

      

Vous en souffrirez peut-être lors de votre montée de lait : vos seins sont rouges, gonflés et douloureux, comme « trop pleins ». Cette sensation très désagréable peut se reproduire si votre bébé boit moins de lait que vous n’en produisez, en cas de durée trop longue entre deux tétées.

 

Quelles sont les solutions ?

 

° Proposer le sein à bébé peut parfois suffire à vous soulager. Essayez, à chaque tétée, de proposer chacun de vos deux seins à bébé.

° Si bébé n’a pas faim, utilisez un tire-lait pour retirer le lait excédentaire.

° Masser le sein engorgé peut se révéler très efficace pour le vider. Associez au massage une bonne douche tiède qui assouplira les tissus.

° Enfin, un gant de toilette froid ou rempli de glaçons peut aussi constituer une solution immédiate.

 

En  cas  d’engorgement  qui  dure,  consultez  votre  médecin  qui vous  prescrira  un  traitement  anti-inflammatoire,  voire  hormonal.

 

Le  sevrage

           

Un sevrage ne s’improvise pas : il y a des étapes à respecter pour que la transition avec un autre mode d’alimentation se fasse le plus sereinement possible, de part et d’autre.

 

Étape 1 : On planifie. Un bon sevrage doit être progressif.

           

° Commencez par remplacer l’une des tétées de la journée par un biberon, et ce pendant plusieurs jours. Une fois cette tétée remplacée, passez à une autre, et ainsi de suite.

 

° Procédez de façon progressive permet à bébé d’apprendre à utiliser le biberon, car la technique pour téter au sein ou au biberon n’est pas la même.

 

° De votre côté, le sevrage progressif permet de modifier le rythme de votre lactation. Comme bébé tète moins souvent, votre production se régule et diminue.

 

Étape 2 :  De la patience.

               

° Bébé peut ne pas accepter le biberon dans un premier temps ; ne le forcez pas, ne vous braquez pas : persévérez en douceur, quitte à revenir aux tétées quelques temps. Faites intervenir une tierce personne : le biberon peut ainsi très bien « passer » avec papa.

 

Étape 3 : On  déculpabilise !

               

° Le sevrage est souvent vu comme la fin d’une époque et une séparation.

° Positivez : bébé grandit ! Votre période d’allaitement, quelle qu’en ait été la durée, ne lui a apporté que de bonnes choses : tranquillisez-vous !

 

Banque de lait maternel -  בנק חלב אם
Site

Quelques mots utiles 

    

 

° Allaitement maternelle : Hanaka

° Engorgement : Godèsh 

° Être sevré : Lehiguamèle méhanaka

° Soutien gorge d'allaitement : Haziyat hanaka 

° Colostrum : Colostrum

° Coques d'allaitement :

° Coussinets d'allaitement : 

° Mamelon : Pitma

° Montée de lait : Hafrashate h’alav

° Période d'allaitement : Yanekoute

° Prendre le sein : Linoke

° Sevrage : Guemilah

° Sevrer : Liguemole mehanaka

° Tire-lait : Machévate halav.Possibilité de louer à Yad Sarah ONG caritative israélienne

Elle prête aussi pour des temps limités l'un des 320 000 appareils médicaux ou de rééducation dont l'association dispose, depuis les béquilles, tire -  lait , jusqu'aux appareils de surveillance électroniques.

 

Bureau central : 124 rue Herzl 96187 Jerusalem - 

☎️ 02 644 44 44

 

Site

 

FB


 

*Vous pouvez consulter la rubrique des : Doulotes / Conseillères en Lactation 

* Le contenu de cette rubrique ne sert qu'à des fins d'information et ne remplace en aucun cas  l'avis d'un professionnel de la santé ou du développement de l'enfant !