Brit Mila

בְרִית מִילָה

Votre petit garçon est né, mazal tov ! Dans 8 jours, vous aurez le grand mérite de faire entrer votre enfant dans l'alliance de D. et du peuple d'Israel pendant la cérémonie de la Brit Mila. Ce dossier détaillé sur la Brit Mila vous guidera pas-à-pas dans la préparation et l'organisation de la Brit Mila du point de vue technique, médical et religieux.

Ce dossier a été rédigé dans le cadre de l'association Lemaan'ha Moked Yahdout par le Dr. Moshé Daninos, Mohel diplômé par la Rabbanout d'Israël et le ministere de la Santé. (Commission interministerielle travaillant de concert)

La partie du Pidyon Haben a été rédigée avec l'aide précieuse du Dr Hervé Cohen

 

Choix du Mohel

 

Date de la Brit Mila

 

Coutumes précédant la Brit Mila

 

Préparation à la Brit Mila


Déroulement de la Brit Mila

 

Soins après la Brit Mila

 

Le Pidyon Haben

 

 

Sincères remerciements au Dr. Moshe Pierre Daninos (PhD) pour l'autorisation donnée à la publication de cet article 

 

☎️ 054 687 09 39

daninosmoshe@gmail.com

 

 

* Le ministère de la santé et le Rabbinat Central recommandent de choisir un Mohel figurant sur la liste officielle du Rabbinat Central.

La liste est disponible ici, ainsi que les tarifs recommandés
* Voir en bas de page la liste est en Pdf et change tous les mois 

 

Il est bien entendu préférable de suivre les avis médicaux et ne pas hésiter à repousser la circoncision si le médecin et le mohel le prescrivent. 

Rabbinat Central - הרבנות הראשית לישראל

Aholiav 5 אהליאב 

☎️- 02 531 31 41 - 2 

E-mail: orita@rab.gov.il

 

Choix du Mohel 

La brit mila s’effectue le 8e jour après la naissance. Mais que fait-on depuis la naissance jusqu’au jour de la brit ?

Le fait que vous soyez sortis de l’hôpital avec votre nouveau-né est synonyme du bon état de santé du bébé.

 

Après vous être réjoui avec votre épouse, il vous faut maintenant choisir celui qui sera le mohel de votre enfant. Le choix du mohel n'est pas une décision triviale.

Malheureusement, il est fréquent de voir que le choix du traiteur préoccupe parfois plus les parents que celui du mohel !

Pourtant, que ce soit en France ou en Israel, il peut arriver que la brit mila soit effectuée par des mohalim ne respectant pas la halakha. 

En effet, ceux-ci utilisent des instruments comme le clamp de Mogen ou le clamp de Gomco, qui ont été interdits par toutes les autorités rabbiniques compétentes (ne pas confondre avec le Magen qui lui est utilisé par tout véritable mohel et conseillé par la halakha).

 

D’autres manquent de technique et demandent d’appliquer une crème anesthésiante locale ou anesthésient eux-mêmes le nourrisson avec une injection sous-cutanée. Un bon mohel sait faire une brit mila sans artifice, en faisant pleurer le bébé quelques secondes uniquement !

 

Afin d'éviter les mauvaises surprises pour ce choix crucial pour votre enfant, voici les différents chemins qui s'offrent à vous pour trouver un bon mohel :

 

1- Sur recommandation. Vous pouvez demander à vos amis ou à vos proches qui était le mohel de leurs garçons et confirmez qu'il est sérieux en demandant à votre rabbin s'il le connaît. Un bon mohel doit évidemment être juif, respectant le chabat, craignant Hachem, bien maîtriser les halakhot concernant la brit mila, être être habile, et avoir été formé par un rav qualifié.

 

2- Les mohalim diplômés. En Israel, vous pouvez consulter la liste des mohalim diplômés sur le site de la Rabbanout Harashit.

Le fait que le mohel soit diplômé est préférable mais ne disqualifie aucunement ceux qui ne le sont pas, l’important est que le mohel ait été formé correctement.

 

3- De maniere indépendante. Nous déconseillons ce choix car il est difficile de s'assurer seul du sérieux d'un mohel. Si vous choisissez votre mohel seul, assurez-vous qu'il est sérieux en demandant à vos rabbanim s'ils le connaissent. Dernier point, si vous souhaitez que la brit mila de votre enfant soit effectuée en milieu hospitalier, il est vital de s'assurer qu'elle sera faite par un véritable mohel et non par un médecin qui ne suivrait pas les règles de la Torah.

 

Une fois que vous vous serez décidé pour un mohel, appelez-le, c'est lui qui vous dirigera avant et après la Brit comme il se doit.

Dans le cas où le personnel médical vous a fait part d’une quelconque remarque qui susciterait une attention particulière, tenez votre mohel informé.

De manière très succincte, les critères les plus importants qui devront être connus du mohel sont : le moment exact de sa naissance, le poids du bébé, quel est son taux de bilirubine (indiquant l’importance de sa jaunisse, s’il y en a une), s’il y a eu dans la famille des cas d’hémophilie, de maladie transmissible, d'hépatite, d'herpès, etc. Souvenez-vous, le moindre détail dont vous fera part l’équipe médicale lors de votre sortie est important !

 

La visite du mohel avant la Brit n'est pas nécessaire, elle peut être utile surtout pour rassurer les parents, mais peu ou inutile vis-à-vis du nouveau-né.

En effet de nos jours, lorsque le bébé sort de la maternité bien accompagné par sa maman et son papa, le personnel hospitalier délivre aux heureux parents toutes les informations nécessitant une attention particulière. Si l'hôpital ne fait aucune remarque, la visite du mohel est superflue.

 

Date de la Brit Mila

Il faut ensuite fixer la date de la Brit Mila. La Torah a établi que la Brit Mila devait s’effectuer le 8e jour après la naissance.

La Brit Mila peut se dérouler toute la journée mais l’on aura une préférence pour les premières heures du jour après la prière du matin. Si de proches parents ne peuvent arriver que l'après midi, on pourra les attendre, car il est important que tout le monde soit présent pour fêter l’événement !

 

Voici comment calculer la date de la Brit Mila de votre enfant :

 

- En cas de naissance en journée (c’est-à-dire avant le coucher du soleil), la Brit Mila s’effectuera exactement une semaine après la naissance:par exemple si le bébé est né un mardi matin, la Brit Mila aura lieu le mardi suivant en journée.

 

- En cas de naissance en soirée (c’est-à-dire après le coucher du soleil) ou la nuit, la Brit Mila aura lieu le jour de la semaine suivant la naissance : par exemple si le bébé est né un dimanche soir ou dans la nuit de dimanche à lundi, la Brit Mila aura lieu le lundi suivant en journée.

 

- Si la naissance a commencé avant le coucher du soleil et s’est terminée après, il faudra contacter un Rav ou demander au Mohel quel sera le jour de la Brit Mila.

 

Il est important de préciser qu’il est strictement interdit de repousser la date de la Brit Mila pour des raisons de confort. En plus des raisons ésotériques mentionnées au début de ce dossier, le 8e jour est aussi un jour propice pour la Brit Mila au niveau médical puisque la coagulation du sang est particulièrement forte ce jour-là et aide à la cicatrisation rapide de la plaie.

 

Cependant, si l’état de santé du bébé ne permet pas que la Brit Mila soit faite en son temps, celle-ci sera repoussée jusqu’à ce que le bébé guérisse.

La date de la Brit Mila sera alors fixée en coordination avec le rav ou le Mohel.

 

Brit Mila le Shabbat

 

En cas de naissance un vendredi soir ou samedi dans la journée, la Brit Mila aura lieu le Shabbat suivant.

C’est un grand mérite de pouvoir faire la Brit Mila de son enfant le jour du Shabbat. Cependant, dans les villes ne possédant pas de Erouv, une Brit Mila le Shabbat demande une grande préparation.

Depuis la veille, il faudra que les parents et le Mohel emmènent tous les accessoires nécessaires à la Brit Mila au lieu de la Brit Mila (synagogue, maison des parents…) car il sera interdit de porter le bébé ou bien les objets nécessaires à la Brit Mila pendant le Shabbat.

 

De plus, certaines conditions sont nécessaires pour pouvoir effectuer la Brit Mila le Shabbat :

 

- Seule une Brit Mila ayant lieu le 8e jour pourra se dérouler le Shabbat. Donc si la Brit Mila a été repoussée pour des raisons de santé, elle ne pourra pas se faire un Shabbat.

- En cas de naissance le vendredi soir entre le coucher du soleil et la sortie des étoiles, la Brit Mila aura lieu le dimanche matin et non le Shabbat.

- En cas de naissance par césarienne, la Brit Mila aura lieu le dimanche matin et non le Shabbat.

 

Les parents devront aussi s’assurer que la Brit Mila n’entraîne pas de transgression du Shabbat et que les invités présents à la Brit Mila soient logés autour du lieu de la Brit Mila.

Il existe encore d’autres conditions empêchant une Brit Mila le Shabbat, il faudra donc demander à un Rav ou au Mohel s’il est possible d’effectuer la Brit Mila le Shabbat ou non

 

Coutumes précédant la Brit Mila

 

A l’approche de la Brit Mila, il faudra évidemment décider du prénom de votre petit garçon. Il est fortement conseillé de donner à votre enfant un nom strictement masculin, d’origine biblique, et d’éviter les noms de personnages connus pour leur impiété (ex: Nimrod etc...)

 

En attendant la Brit Mila, certains ont l’habitude de réciter chaque soir devant le bébé le chema israel : la profession de foi du judaïsme.

Les séfaradim ont aussi pour coutume de fêter le Brit Its’hak la veille de la Brit Mila. Quant aux ashkénazim, ils font un repas du nom de « shalom za’har » le vendredi soir suivant la naissance.

 

Shalom za’har - coutume ashkénaze 

 

Le vendredi soir suivant la naissance, les ashkénazim ont l'habitude de rendre visite au bébé (za’har) et de goûter des mets savoureux, en particulier des lupins. Selon le décisionnaire Troumat Hadéchen, le repas de shalom za’har est considéré comme un repas de mitsva.

 

Plusieurs raisons existent expliquant cette coutume du shalom za’har :- Repas de remerciement à D. que l'enfant soit sorti en bonne santé du ventre de sa mère.

- On ne peut pas présenter un enfant au Roi des rois pour la Brit Mila avant de l'avoir présenté à Sa reine : le chabat.

- On vient consoler le bébé du fait qu'il a oublié toute la Torah reçue dans le ventre de sa mère.

- Certains relient le shalom za’har à la coutume de rendre visite à un juste qui est de passage dans une ville. Et l'enfant est comparé à un juste puisque dépourvu de fautes

 

 

Le Brit Itzh'ak - coutume séfarade


La veille de la Brit Mila dans la soirée, les Séfaradim ont l’habitude de faire le Brit Itz'hak ou Bilada. Il semble que le nom du patriarche Its’hak soit lié à cette cérémonie car c’est le premier homme sur lequel la Brit Mila a été effectuée le 8e jour.

On réunit 10 hommes dans votre maison et on lit des passages de la Torah et du Zohar concernant la Brit Mila qui accompagneront votre enfant tout au long de sa vie. La lecture de ces versets sera suivie d’un repas festif en l’honneur de la Brit Mila qui aura lieu le lendemain avec l'aide de D.

 

Préparation à la Brit Mila

 

Ca y est, vous y êtes, le jour de la Brit Mila est arrivé ! Depuis le matin, prenez soin de ne pas étaler de crème proche du membre.

Pensez à nourrir votre tout-petit une heure environ avant la Brit Mila, des journées comme cela ouvrent l’appétit !

Dans la salle, on aura soin d’installer deux chaises et une table pour poser les instruments.

 

Voici un petit mémo pour le jour de la Brit Mila :


- 2 talith (un pour le papa et un pour le sandak)
- Un verre de kidouch
- Une bouteille de vin ou de jus de raisin
- Un coussin pour Brit Mila
- Des herbes odorantes (pour les Séfaradim)
- 3 couches
- Un drap jetable
- Des lingettes
- De l’huile pour bébé
- Et surtout un grand sourire, tout va bien se passer.

 

Déroulement de la Brit Mila

 

 

Tout d'abord, le père du bébé mettra son talith (certains ont aussi l'habitude de mettre les tefilins.

Après que la maman ait prié pour son bébé, elle le transmettra à un homme, appelé le kvater (en général un homme marié qui n’a pas encore eu d’enfant).

 

Chez les séfaradim, il n’y a pas d’obligation de nommer un kvater mais il est cependant possible de le faire. Certains ont l’habitude de transmettre d’abord le bébé à une femme qui n’a pas encore enfanté et qui le transmettra à son époux. Ensuite le kvater s’approchera de la chaise où aura lieu la Brit Mila et le transmettra à un h’eikei (le nombre de personnes pouvant remplir ce rôle est illimité, profitez-en pour faire plaisir).

 

Puis le dernier h’eikei transmettra le bébé à un homme qui posera le bébé sur la chaise appelé le kisse chel Elihaou hanavi (le trône du prophète Elihaou). Le père prendra alors le bébé du kisse chel Elihaou pour le transmettre au sandak.

Parallèlement, le sandak meyouchav (le parrain assis), vêtu d'un talith, s’installera sur la seconde chaise prévue à cet effet. Selon la halakha, le sandak doit être un juif kasher et tsadik. En général, le rôle est donné au grand père paternel du bébé, mais toute autre personne peut remplir ce rôle (attention de ne vexer personne).

 

Le père du bébé commence le rite de la Brit Mila en récitant les premiers versets de la cérémonie. Le mohel fait la bénédiction sur la Mila. Puis le mohel fait la Mila. Pendant que le mohel continue la Brit Mila, le père du bébé fait deux bénédictions : léa’hnisso bivrito chel Avraham avinou et chéhé’héyanou.

 

Ainsi est la coutume des Séfaradim et des Ashkénazim. Cependant, selon le minhag de Jérusalem, le père prononce la première bénédiction avant la Brit Mila juste avant de transmettre l’enfant au sandak.

 

En bref, le mohel effectue plusieurs étapes au cours de la Brit Mila : la hafrada ou séparation des peaux qui vont etre coupées du membre (peau du prépuce et peau de la pri'a), la Mila elle-même c'est-à-dire la coupure du prépuce, puis la déchirure de la peau de la pri'a.

Ensuite, le mohel procède à la metzitsa ou aspiration du sang. Cette opération peut se faire par la bouche ou à l'aide d'un tube en verre (les deux choix étant permis d'après la halakha).

Cet acte revêtant une importance ésotérique très profonde, certains préféreront qu'il soit accompli avec la bouche. Ceci, bien entendu, lorsqu'aucune contre-indication n'est à relever (hygiène buccale du mohel, certaines maladies transmissibles présentes chez l'enfant).

 

Pour la suite, les ashkénazim ont l’habitude de nommer une personne pour porter le bébé (sandak me’oumad, son importance est très grande, certains maîtres sont d’avis qu’il est plus important que le sandak assis).

Si vous avez nommé un grand-père sandak assis, pensez au deuxième grand-père pour le rôle de sandak me'oumad, cela lui fera plaisir ! Vous pouvez aussi laisser le bébé dans les bras du sandak assis et ainsi est la coutume des Séfaradim.

 

Pendant ce temps, une personne de l’assistance (en général un homme kasher, rav, grand parent, le papa ou le mohel) fait la bénédiction de Boré péri Hagéfen sur une coupe de vin.

 

Selon les Séfaradim, il bénira aussi la bénédiction de Bessamim sur des herbes odorantes. Ensuite, il fera la bénédiction « acher kidèch » et lira la demande de miséricorde tant attendue pendant lequel les parents nomment le bébé.

 

A la fin de la bénédiction, cette même personne goûtera le vin (plusieurs avis existent sur le moment où l'on goûte le vin, demandez conseil à votre mohel).

Puis il citera des versets et au moment où il prononcera les mots "vaomar la'h bédamai'h 'haii", on mettra une goutte de vin sur les lèvres du bébé. Certains ont coutume de réciter birkat cohanim. Les cohanim apposent leurs mains sur le bébé et récitent les trois versets sans la bénédiction les précédant.

 

A la fin, les Ashkénazim disent ‘Alénou Léshabéa’h et les Séfaradim lisent le psaume 128. Puis selon toutes les communautés on récitera le Kaddich yéhé chélama. Les invités peuvent ensuite aller voir le sandak et demander sa bénédiction.

Une fois la cérémonie terminée, les parents invitent l'assistance à se restaurer, en participant à une séoudat mitzva, un repas festif (petit ou grand…).

Il est préférable qu'il soit accompagné de pain permettant ainsi de faire le birkat hamazon en fin de repas

Soins après la Brit Mila

 

La visite du mohel après la Brit n'est pas obligatoire, elle dépendra du type de pansement appliqué lors de la Brit Mila.

Si le pansement mis par le mohel est un pansement que lui seul doit enlever, et que le membre prend une couleur anormale, contactez votre mohel car le pansement peut être trop serré.

 

Après la Brit et pendant la nuit suivante, ne lavez pas votre bébé au niveau du membre. En revanche à partir du lendemain matin, du travail vous attend.

A chaque fois qu'il sera nécessaire de le changer, prenez bébé sur votre bras (la tete en direction du coude), et versez de l'eau tiède directement sur le membre.

 

Arrive le moment de mettre la couche. A chaque fois que vous changez la couche de bébé, prenez soin d'appliquer pendant deux semaines quelques gouttes d'huile pour bébé sur la couche à l'endroit où elle rencontrera le membre.

Ainsi, vous pourrez empêcher des adhésions parfois dangereuses entre le membre et la couche.

En effet, la cicatrisation passe par la formation d'un tissu blanc qui peut se coller avec la couche. De plus, ce tissu peut prendre des teintes jaunâtres, ne vous inquiétez pas, ce n'est pas forcément une infection ! En réalité, c'est le contact de l'urine sur le tissu blanc qui lui donne cette teinte.

Restez malgré tout vigilants et surveillez la température du bébé. Si vous avez le moindre doute, appelez votre mohel. Mais si le bébé a une montée de fièvre consultez directement votre médecin.

 

Si vous apercevez sur la couche des taches de sang, meme si elles sont importantes, ne paniquez pas et vérifiez plutôt que votre bébé n'ait pas tout simplement uriné. En effet, lorsque le bébé fait pipi, le membre peut se tendre et laisser échapper quelques gouttes de sang de la plaie. Dilué avec de l'urine cela parait catastrophique, mais il n'en est rien. Regardez plutôt la plaie et identifiez si un flux s'échappe du pansement. Si vous voyez un flux continu de sang, appelez vite votre mohel. De même, si votre nourrisson n'urine plus, n'attendez pas, les conséquences peuvent être néfastes pour le bébé, appelez !

 

Enfin, pour assurer de jolis rêves à votre bébé, il est préférable de le mettre sur le ventre ou bien sur le côté. En effet, sur le dos, il pourrait se blesser à l'endroit de la Brit Mila en se donnant des coups avec ses jambes.

 

Le Pidyon Haben

 


La Brit Mila s’est bien passée, grâce à D. Mais qui a dit que la fête était finie ?

Chez les tunisiens, une cérémonie est organisée 3 jours après la Brit Mila. Du nom de Tlat Lilia, elle célèbre la venue d’Eliahou Hanavi venant guérir l’enfant le 3è jour.

 

Et selon toutes les communautés, si votre garçon est premier-né, vous aurez la chance de faire une nouvelle cérémonie pour votre enfant un mois après la naissance, le rachat du premier-né.

 

Plusieurs raisons existent pour ce rachat, la première étant de remercier D. d’avoir épargné les premiers-nés juifs pendant la dernière des dix plaies d’Egypte. D’autres expliquent que depuis cette plaie, les premiers-nés sont entièrement sanctifiés pour le service divin et doivent être rachetés pour pouvoir vivre leur vie active dans ce monde.

 

C’est seulement dans les cas présents que l’enfant doit être racheté :


- Quand l’enfant est un garçon premier-né de sa mère


- Quand l’enfant est né par voie basse et non par césarienne


- Quand ni le père ni la mère de l’enfant ne sont Cohen ou Levi

 

Si l’une de ces conditions n’est pas respectée, l’enfant n’aura pas besoin d’être racheté. Pour des cas plus complexes (naissance après une fausse couche que D. nous en préserve…), il convient de demander à un Rav si l’enfant doit être racheté ou non.

 

La date du Pidyon Haben est le 31e jour après la naissance, c’est-à-dire 4 semaines et 2 jours après la naissance.

Au niveau des jours de la semaine, si l’enfant est né un dimanche en journée, le Pidyon Haben se déroulera un mardi.

 

Chez les Ashkénazim, le Pidyon Haben s’effectue toujours en journée, les Séfaradim peuvent le faire en journée ou en soirée selon leur convenance.

Si le 31e jour tombe un Shabbat, le Pidyon Haben sera reporté au dimanche. Cependant, comme il existe de nombreux cas en pratique, il conviendra de prendre conseil avec un Rav avant de fixer la date du rachat du premier-né.

 

L’argent du rachat faisant partie des cadeaux que D. a attribué aux Cohanim, le rachat doit donc être fait avec un Cohen.

Pour racheter son enfant, le père doit donner la valeur de 100 grammes d’argent pur ou leur équivalent au Cohen.

 

Généralement, le Cohen bien équipé a déjà des pièces d’argent qu’il donne au père avant la cérémonie.

Avant de donner les pièces au Cohen, le père dit deux bénédictions : acher kidéchanou bémitsvotav vétsivanou ‘al pidyon haben puis la bénédiction de chéhé’héyanou. Il donne ensuite les pièces au Cohen. en prononçant le texte déclarant qu’il rachète son fils par l’intermédiaire de cet argent.

 

Le Cohen prend les pièces et dit le texte annonçant que l’enfant est racheté. Puis le Cohen prend une coupe de vin, bénit la bénédiction de Boré péri hagéfen, boit une gorgée de vin et fait la Birkat Cohanim à l’enfant sans dire précédemment la bénédiction. La cérémonie est ensuite généralement accompagnée d’un repas.

 

 


QUE VOTRE ENFANT SOIT SOURCE DE JOIE POUR VOUS ET TOUT VOTRE ENTOURAGE, MAZAL TOV !!!

* Rubrique annexe - Les prénoms