Les piqûres d'insectes et autres petites bêtes...

 

 

Mieux vaut prévenir que guérir !

Même si les piqûres d'insectes sont habituellement sans conséquence grave (bénigne), certaines personnes allergiques  doivent prêter une attention particulière et éventuellement (en cas de difficulté à respirer,...)  Le diamètre au point de la piqûre pour une personne allergique peut atteindre 10 cm et être très enflé, c'est un signe qu'une consultation médicale est nécessaire.

Les piqûres de guêpes, d'abeilles ou de frelons peuvent provoquer des manifestations sévères qui surviennent en général quelques instants après la piqûre de l'insecte 

 


Peuvent survenir :

°une éruption cutanée de type urticaire géante

°une gêne respiratoire (œdème de Quincke)

°des douleurs abdominales

°un malaise voire un choc anaphylactique (chute de tension avec perte de connaissance).


J’appelle les urgences immédiatement  ou je me rends à l’hôpital le plus proche si une réaction allergique survient et s'accompagne de gêne respiratoire et d'un malaise. L'urticaire peut être dans un premier temps traitée par un traitement anti-histaminique s'il y en a à la maison (fenistil, zyrtec, xyzall ...)

 

De précieux conseils :​​

°Ne pas marcher pieds nus dans l'herbe

°Ne pas s'affoler devant un insecte piqueur

°Couvrir la grande partie de son corps lorsqu'on l'on se promène

°Lors de pique-nique ne pas laisser de restes de repas dans les assiettes et évitez les bouteilles de boissons gazeuses sucrées  dans lesquelles les insectes peuvent s'introduire

°Les vêtements de couleurs vives et brillantes, les lotions de bronzage, les parfums et shampoings attirent les insectes

°Avoir à portée de main un insecticide qui peut les éloigner


                                                                                                       
                                                                                                    

 

Que faire en cas de piqûre par une tique ?

 

 

 

 

 

Le danger vient surtout du fait qu'elle peut être porteuse de bactéries à l'origine de la maladie de Lyme : forte fièvre et troubles neurologiques.

 

°Retirer la tique immédiatement

°Si vous avez une blessure aux doigts ou si vous vous rongez les ongles, mettez un gant en caoutchouc (fin) avant de retirer la tique sur vous .

°Le sang contenu dans le ventre de la tique ne doit pas toucher votre blessure. Il peut en effet arriver qu'une personne inexpérimenté/e perce le ventre de la tique.

°Lavez-vous bien les mains après tout contact avec une tique.Pas d'éther, ni autre produit, car la tique anesthésiée pourrait régurgiter aussitôt et accroître le risque d'infection

°Prenez une pince fine ou pince à épiler (non coupante) .

°Pincez la tique au niveau de sa tête(pas du ventre) le plus près possible de la peau Tirez droit sans faire de mouvements de rotations jusqu'à ce que la tique se détache ce qui peut prendre 60 secondes.

°Ne lâchez pas.Après l'extraction, une bonne désinfection s'impose.

°L'idéal pour la retirer est une pince à tiques qu'on peut acheter en pharmacie. Il existe différents modèles.

°Suivre le mode d'emploi indiqué.

 

De précieux conseils :

 

La proximité de la forêt , des endroits boisés, ombragés et humides augmentent les risques.Ne vous aventurez pas par plaisir dans les sous-bois et les   hautes herbes sans protection de la peau ou des cheveux. Les tiques sont en général à moins d'1 mètre du sol.

 

Redoublez d'attention avec les enfants !

 

°Portez des vêtements couvrant la peau : manches longues, pantalons, chaussettes, bottes, chaussures montantes, chapeau, casquettes

(pour les sous-bois).

°Il est plus facile de détecter les tiques sur des vêtements clairs

Que faire en cas de piqûre par de moustiques ?

 

 

 

 

En cas de piqûres par des moustiques, utilisez des crèmes, gels, pommades ou lotion contre les démangeaisons et douleur

L'utilisation de compresses froides peut également diminuer la douleur et l'inflammation et s'avérer très utile

Quelquefois, la rougeur est accompagnée de douleur ou de gonflement au point de la piqûre mais ce n’est jamais dangereux sauf pour les personnes allergiques qui doivent faire plus attention et consulter un médecin en cas de manifestation de l’allergie (apparition de bouton ou d’œdème)

 

De précieux conseils :

 

°Pour empêcher les moustiques de piquer, l’utilisation de lotions, de spray ou de gel à base de diéthyltoliamide (DEET) s’avère être le plus efficace.

°L’application de ces répulsifs anti-moustiques sur tout le corps découvert repousse les moustiques et permet de se protéger de leur piqûre

°Dans les zones à forte fréquentation de moustiques, les moustiquaires sont de loin les meilleurs moyens de protection.

°En plus de leur efficacité, elles peuvent être indiquées sans danger même pour les enfants en bas âge

Que faire en cas de piqûre par un aoûtat ? 

 

 

 

 

Ces insectes microscopiques sévissent dans les herbes et pelouses au printemps et en été

Cette affection n’est pas grave en elle-même, mais elle entraîne des démangeaisons très désagréables et très tenaces.

Le traitement contre une piqûre d’aoûtat consiste à calmer les démangeaisons.

Le médecin prescrira un antihistaminique à prendre par voie orale et une crème à base de corticoïde à appliquer directement sur les lésions.


Que faire en cas de piqûre de fourmis ?

 

 

 

 

 

Bien que très effrayantes par leur nombre et leur vitesse, les fourmis ne piquent que rarement.

Ce ne sont pas non plus les plus grosses fourmis qui sont les plus agressives.

Leurs piqûres provoquent des douleurs importantes irradiant autour du point de piqûre qui peuvent persister plusieurs jours.

 

Comment les éviter ? 

Bien sûr, en évitant les fourmis elles-mêmes en utilisant des insecticides ou toxiques attractifs, en évitant de laisser traîner des produits sucrés…

A l’extérieur, en vérifiant l’absence de proximité d’une fourmilière aux alentours des terrains de jeux, lieux de pique-nique ou de sieste…

 

Les bons gestes :  

Appliquer une crème ou lotion anti-histaminique ou à base de cortisone..

Que faire en cas de piqûre d’araignées ?

 

 

 

 

 

Les piqûres d'araignées peuvent entraîner des douleurs et des réactions inflammatoires plus ou moins importantes.

Sous des climats tempérés la seule complication éventuelle est une infection locale.

Dans ce cas, consultez le médecin. Pour l’éviter, après toute piqûre, lavez et désinfectez la plaie.

 

 

Que faire en cas de piqûre d'abeille ?

 

 

 

 

°Si le dard de l’insecte est visible, retirez-le en grattant la peau doucement et horizontalement, à l’aide de votre ongle.

°N’utilisez pas de petite pince, afin d'éviter la propagation du poison

°Lavez avec de l’eau et du savon.

°Appliquez dessus une compresse d’eau froide pour réduire l’enflure et la douleur, en répétant cette opération pendant 20 minutes chaque heure.

Exposition aux chenilles processionnaires - les symptômes

 

 

 

 

 

 

Les poils urticants se terminent en pointe et portent à leur extrémité de petits crochets. Ils se détachent facilement de la chenille lors d'un contact ou sous l'effet du vent. Par leur structure particulière, ces poils s'accrochent facilement aux tissus (la peau et les muqueuses) y provoquant une réaction urticarienne par libération d'histamine (substance aussi libérée dans les réactions allergiques). Ceci est à l'origine des symptômes suivants :
 

Contact avec la peau
 

Apparition dans les huit heures d'une éruption douloureuse avec de sévères démangeaisons. La réaction se fait sur les parties découvertes de la peau mais aussi sur d'autres parties du corps. Les poils urticants se dispersent aisément par la sueur, le grattage et le frottement ou par l'intermédiaire des vêtements.
 

Contact avec les yeux

Développement après 1 à 4 heures d'une conjonctivite (yeux rouges, douloureux et larmoyants). Quand un poil urticant s'enfonce profondément dans les tissus oculaires, apparaissent des réactions inflammatoires sévères avec, dans de rares cas, évolution vers la cécité.
 

Contact par inhalation

Les poils urticants irritent les voies respiratoires. Cette irritation se manifeste par des éternuements, des maux de gorge, des difficultés à déglutir et éventuellement des difficultés respiratoires dues à un bronchospasme (rétrécissement des bronches comme dans l'asthme).
 

Contact par ingestion
 

Il se produit une inflammation des muqueuses de la bouche et des intestins qui s'accompagne de symptômes tels que de l'hyper salivation, des vomissements et des douleurs abdominales.

Une personne qui a des contacts répétés avec la chenille processionnaire, présente des réactions qui s'aggravent à chaque nouveau contact. Dans les cas sévères,  il peut y avoir un choc anaphylactique mettant la vie en danger (urticaire, transpiration, oedème dans la bouche et la gorge, difficultés respiratoires, hypotension et perte de connaissance).

 

Symptômes généraux

 

Les personnes qui, en plus des signes locaux, présentent des symptômes généraux tels que malaise, vertiges, vomissements, doivent être dirigées vers un hôpital.

 

Peau

Oter tous les vêtements et les manipuler avec des gants. Les vêtements seront lavés à température la plus élevée possible et séchés au séchoir.

Laver la peau abondamment à l'eau et au savon.

On peut éventuellement se servir de papier collant pour décrocher les poils urticants de la peau, un peu à la manière d'une épilation.

Brosser soigneusement les cheveux si nécessaire.

Les antihistaminiques peuvent soulager les démangeaisons. Consultez un médecin en cas de forte éruption cutanée.

 

Yeux

Les yeux doivent être rincés, de préférence chez un ophtalmologue après application d'une solution anesthésique locale. Après le rinçage, un examen minutieux des yeux exclura la présence de poils urticants résiduels. Les poils profondément ancrés dans les tissus oculaires doivent être ôtés chirurgicalement.

 

 

Voies respiratoires

L'évaluation des symptômes respiratoires se fait par un médecin. Celui-ci donne un traitement adapté aux symptômes. Le traitement comporte des antihistaminiques et/ou des corticoïdes et des aérosols ou des nébulisations.

Système digestif

 

Diluer la quantité de poils ingérés en buvant un grand verre d'eau. On peut tenter d'enlever les poils de la muqueuse de la bouche en raclant prudemment à l'aide d'une spatule ou d'une compresse ou en les "épilant" à l'aide de papier collant. Une endoscopie sous anesthésie générale est souvent nécessaire pour extraire les poils urticants profondément ancrés dans les muqueuses de la bouche, de la gorge ou de l’œsophage.

 

 

* Les personnes précédemment atteintes par la chenille processionnaire doivent éviter tout nouveau contact, des réactions de plus en plus sévères sont à craindre.

 

*Toutes ces petites " bébêtes " ne doivent évidement pas vous empêcher de sortir :-)

N'oubliez pas d'emporter une petite trousse de premiers soins lors de vos balades .

Enfin , de précieux conseils et ce quel que soit le domaine de prévention ne remplaceront jamais une bonne formation de secourisme !