La dépression post-partum ou post natale : comment y faire face ?

La dépression post-partum (ou post-natale) est bien plus répandue qu’on ne le pense. On a longtemps pensé qu’une jeune maman sur dix souffrait de cette dépression. Aujourd’hui, on estime qu’une femme sur quatre en souffre.

Cette maladie est parfois confondue avec le « baby blues », aussi appelé « syndrome du troisième jour ». Le « baby blues » survient généralement vers le troisième jour après l’accouchement et provoque un sentiment de dépression avec fatigue, tension et envie de pleurer sans raison. Cette dépression passagère serait due au bouleversement hormonal qui a lieu chez la femme après l’accouchement. Le soutien des proches et du personnel soignant suffit habituellement à la faire disparaître en quelques jours. Contrairement au « baby blues », la dépression post partum est une maladie qui nécessitera un traitement.

Les signes et symptômes varient d’une femme à l’autre mais on retrouve souvent :

 

  • un sentiment d’impuissance,

  • de culpabilité,

  • l’épuisement

  • la sensation d’être malheureuse

  • d’avoir tout le temps envie de pleurer,

  • d’être seule,

  • l’angoisse et

  • l’impression d’être piégée.


Bien sûr, toute jeune maman éprouve ponctuellement ces sentiments ; toutefois, s‘ils vous envahissent continuellement et ne s’arrangent pas au fil des jours, vous pourriez bien souffrir de dépression post-partum.

Cette maladie survient généralement lorsque bébé a entre quatre et six semaines, mais elle peut aussi se manifester plusieurs mois après l’accouchement. Elle s’installe « en douceur ». Alors que vous êtes ravie de vous occuper de bébé, vous vous sentez, progressivement, de plus en plus mal.
Si vous souffriez déjà de dépression pendant votre grossesse, la naissance de bébé pourrait agraver votre état.

Quelles sont les causes de la dépression post-partum ?

Les causes exactes ne sont pas encore bien comprises. Elle pourrait être liée à la perturbation des échanges chimiques dans le cerveau ou aux modifications hormonales massives qui surviennent à ce moment de la vie d’une femme. Concrètement, vous vous retrouvez tout à coup incapable de faire face aux tâches quotidiennes, sans savoir pourquoi. De nombreux facteurs contribuent à l’émergence de cette maladie, comme, par exemple :

 

 

  • Des antécédents de dépression ou de troubles mentaux, ou la présence d’une dépression pendant la grossesse.

  • L’absence de soutien de la part de votre partenaire. Le fait de ne pas avoir de membres de la famille ou d’amis vivant près de chez vous.

  • Des soucis financiers, de logement, de travail ou des difficultés dans le couple.

  • Un accouchement difficile et les problèmes de santé qu’il a engendré par la suite.

  • Avoir un bébé né prématurément ou malade.

  • Éprouver des difficultés à allaiter

  • La résurgence de souvenirs douloureux, le décès de l’un de vos parents lorsque vous étiez enfant, par exemple.


Elle se soigne très bien à condition de demander de l’aide ! Vous pouvez notamment :

 

  • En parler avec votre partenaire ou un/une ami(e) peut vous aider, mais ils auront peut-être du mal à comprendre ce que vous ressentez.

 

  • En cas de dépression plus sévère, votre médecin vous adressera peut-être à un psychologue ou à un psychiatre.


QUELQUES CONSEILS POUR FAIRE FACE :

 

  • Reposez-vous autant que possible

 

  • Mangez sain et équilibré

 

  • Bougez !

 

  • Rencontrez d’autres jeunes mamans

 

  • Prenez soin de vous-même

 

 

* Deborah OHANA : Psychologue clinique diplômée de l’université Paris V - René Descartes -
Séances de psychothérapie de l'adulte, du couple, de l'adolescent ainsi que médiation parents/ enfants.

Langues parlées : hébreu - français
Tel :  052 697 15 15
Mail : debohana0381@gmail.com

FB