✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡✡

En début d’expatriation, les enfants vivent souvent une vraie rupture. Environnement, langue, logement, école, amis, activités… même s’il ne s’agit pas d’un deuil, les changements dans leur vie sont majeurs. Comme pour nous, le déracinement peut être plus ou moins difficile à surmonter ; comme nous, ils doivent se refaire une place dans un nouvel environnement.

Positiver l’expérience à leurs yeux .Les enfants sont incontestablement influencés par la façon dont leurs parents leur présentent l’expatriation.
Autant que possible, évitez de leur faire part de trop d’angoisses, ils en sentiront de toute manière une grande partie.
Parlez-leur plutôt des aspects positifs que représente cette expérience de vie à l’étranger. Vous aurez peut-être l’impression de vous forcer, mais les bons côtés existent partout, il s’agit simplement de les mettre en évidence.

En rassurant vos enfants, vous leur donnerez la possibilité de se "reconstruire" sereinement. Il faut aussi savoir relativiser.
Comme nous, les enfants ont le droit d’avoir des passages à vide. Bien souvent, en parler et les laisser exprimer leur tristesse et leurs interrogations peut les aider à se libérer et resserrer certains liens entre vous.
Il est important de beaucoup discuter du déménagement et d’expliquer les raisons qui vous ont amenés là où vous êtes.

 

 

Les aider à retrouver des repères

 

Les enfants se sentent d’autant plus à l’aise qu’ils connaissent et maîtrisent leur nouvel environnement. N’hésitez pas à explorer, vous balader, visiter, faire des expos ou découvrir des musées. Ils se sentiront chez eux lorsqu‘ils auront intégré les spécificités de leur ville… à la hauteur de ce que leur âge leur permet de comprendre !

 

Les nouveaux amis sont également décisifs pour que les enfants se sentent à leur place et se retrouvent dans une dynamique d’insouciance nécessaire à leur âge. Essayez par conséquent de faire des efforts pour qu’ils tissent des liens, en invitant leurs nouveaux camarades ou en organisant des activités avec eux.

 

Les liens que vos enfants entretiennent avec la famille et les amis (de France ou d’ailleurs) sont très importants pour eux. Ils sont intimement liés à leurs racines. Le fait de devoir "tout recommencer" est une épreuve suffisante pour ne pas les priver de ces repères si précieux sans lesquels ils risquent, paradoxalement, d’avoir du mal à se construire dans leur nouvel environnement. Avec internet, c’est aujourd’hui assez simple. Avec le temps et les nouveaux amis, les besoins s’estompent souvent naturellement et ne restent que les amitiés les plus fortes.

 

Connaître sa culture pour comprendre celle des autres

 

Il est très important de parler aux enfants d’où ils viennent. Garder un contact avec sa culture d’origine peut se faire de mille façons : livres, DVD, internet, expositions, amis… Grace à ces petits bouts de culture, les enfants peuvent construire leur propre identité.

Cette démarche peut aussi être l’occasion de moments de partages, à travers des témoignages ou des récits de votre enfance, ce dont raffolent les enfants.

Aider nos enfants à définir leur identité tout en vivant à l’étranger est un vrai challenge pour les parents. Si les enfants ont une bonne idée de ce qu’est leur culture, ils auront plus de facilité à intégrer celle de leur pays d’adoption. Ce bagage les aidera à comprendre les différences et à les respecter.

 

Attention à la déconnexion et aux valeurs

 

Si vous vivez dans des conditions extrêmement privilégiées, comme cela peut être le cas lors de certaines expatriations, vos enfants peuvent rapidement prendre l’habitude de se faire servir de façon assez naturelle. Dans ce cas-là, il est essentiel qu’ils aient conscience du caractère exceptionnel de cette situation, intimement liée à l’expatriation et par conséquent provisoire (la plupart du temps).

 

Il est également primordial de leur inculquer le respect des gens qui les «servent» et de leur travail. Certains parents ne sont pas suffisamment vigilants à ce sujet, et pénalisent indirectement leurs enfants dans leur rapport à la réalité.

L’exemple que vous leur présentez et les valeurs que vous leur transmettez influent fortement sur leur construction. Les enfants sont des éponges et reproduisent ce qu’ils voient à la maison...

Même si l’adaptation est généralement plus facile pour des jeunes enfants que pour des ados, mettez toutes les chances de votre côté pour les aider à retrouver un équilibre. On entend souvent que les enfants sont très adaptables ; c’est vrai dans beaucoup de cas. Mais si la somme des changements perturbe durablement un enfant, il ne faut pas hésiter à consulter, idéalement dans sa langue maternelle.

 

Delphine Joëlson Marteau Site

 

* PSYCHOLOGIE – Les familles expatriées, des patients pas comme les autres