La nounou, ma meilleure amie

Ma pétale de fleur délicate comme la rosée du matin était ce qu’on appelle « Un bébé chiant » On a passé 4 mois avec son père à sautiller sur un ballon de Pilate pour l’endormir ou calmer son reflux, ses coliques ou ses pets de travers. Impossible de la poser, impossible de s’assoir pour manger. Impossible d’aller se doucher à moins d’avoir toujours un partenaire de bras. Donc on était fatigués, morts de faim et puants H24 L’odeur ne semblait pas la déranger elle restait dans nos bras. Et puis on nous a dit « dès que les trois premiers mois passent, ils se calment » Elle ne s’est pas calmée, elle a eu les dents, elle a eu les nerfs, elle a eu les boules, elle a tout eu et après, a 8 mois elle a eu « la peur de l’abandon » Qu’est-ce que c’est ? « Le jour ou le bébé réalise qu’il n’est pas une partie du corps de la mère, il ressent une angoisse des qu’elle s’éloigne » Combien de temps ça dure ? « Oh bah un bon mois » Ça a duré 10 mois. Dix mois de hurlements stressants dès que je la pose, dix mois ou je ne pouvais rien faire et surtout pas la lâcher. Dès qu’elle ouvrait les yeux et m’appelait en hurlant le matin je savais que ma journée allait être un cauchemar jusqu’à ce que je la dépose chez la nourrice et la.... transformation merveilleuse, mon Gremlins d’amour devenait une petite fille sage Que dis-je UN ANGE, aucun hurlement, des repas pris à l’heure, des siestes de 2 heures, une parfaite camaraderie. Les crises de nerfs et de pleures existaient qu’avec moi. On m’a parlé de figure d’attachement, on m’a parlé d’aller voir des spécialistes, d’enlever ses 10 minutes de dessins animés du matin, de rajouter de la farine dans le biberon, de lui parler, de lui écrire un journal intime, de lui faire des couettes avec les poils des fesses (les miens hein, elle n’a pas de poils sur son merveilleux séant) Je n’attendais qu’une chose le matin dès que les hurlements commençaient, de la déposer chez la nourrice (merveilleuse en passant) et de m’enfuir récupérer un peu de calme avec des clients furieux et israéliens qui restaient tout de même beaucoup plus agréables que ma fille en crise. Dès que je la récupérais de la nounou qu’elle quittait en souriant et que la porte se refermait, mon petit ange passait le cap petit démon et j’avais l’interdiction de la poser, de la mettre dans son siège auto, dans sa poussette. La seule option qu’elle aurait pu accepter aurait sûrement été de retourner à l’intérieur de mon ventre, mais vu le carnage laissé a la naissance après son délicieux passage, j’imaginais bien qu’il valait mieux des crises plutôt que la refaire remonter par la (humour humour surtout pour les petites jeunettes qui ont pas encore accouché! Tchuss c’est un grand kiff l’accouchement) Revenons à mon loukoum d’amour Je l’aimais le plus de loin, surtout quand la nounou m’envoyait des photos d’elle souriante, heureuse et pleine d’entrain

Et puis un jour miracle ma fille a commencé à marcher Je ne dis pas qu’elle est moins chiante que D.... la bénisse et me la garde comme ça parce que sinon ma vie serait tellement ennuyeuse (sentez l’ironie) Je dis qu’elle est occupée a autre chose que de vouloir vivre dans mon aisselle. Et bien devinez quoi? Le matin quand je travaille de la maison, je me la garde une heure ou deux, on danse comme des folles on mange un petit déjeuner ultra calorique en se souriant avec nos moustaches de chocolat et on s’aime s’aime s’aime.

À toutes celles qui ont des bébés CHIANTS (pardon avec des besoins plus intenses que d’autres) ne vous inquiétez pas, ça passe (un peu) quand ils commencent à marcher. JE VOUS EN PRIE, ne culpabilisez pas de les déposer chez la nourrice dès le réveil de celle-ci. Vous aurez tout le temps de kiffer avec eux plus tard.

Retrouvez-nous sur
  • Facebook Basic Square
Articles récents
Archives