Là bas ...

Beaucoup de parents me demandent des nouvelles de mon fils et voudraient savoir si j'ai pu refaire confiance à un gan depuis.... J'aimerais leur dire que ça n'a pas été chose facile. J'ai gardé mon fils plus de deux mois à la maison après ces événements et je n'avais plus le cœur à le laisser entre des mains inconnues! Et avec tout ce qu'on entend... tous les jours... comment ne pas douter? J'appelais des responsables de gan, mais soit on nous refusait d'emblée car complets, soit en allant sur place visiter je fondais en larme à l'idée de tout recommencer, j'appréhendais... terriblement. Dur de refaire confiance. J'étais traumatisée. Autant que lui.

Et finalement, j'ai passé un appel ultime! Déjà au téléphone j'ai senti qu'on serait entre de bonnes mains... et que j'étais comprise.

Je ne savais pas, avant, ce que c'était "un enfant heureux et épanoui au gan"!! Je n'avais pas su, par le passé, interpréter les signes, les alertes, les appels muets... Quand je posais des questions, m'étonnais, on me répondait systématiquement: "c'est normal, c'est la période "d'adaptation"... " et je le laissais avec un pincement au cœur en pensant le renforcer, le construire, l'épanouir... l'aider à grandir. Je me suis laissée convaincre que ça devait se passer comme ça.

Et maintenant ? Maintenant je ne vois plus que ça!! Que ces petites indications qu'on me forçait à ignorer, ce ressenti que je me devais de refouler... Aujourd'hui, je comprends comment un enfant se comporte quand il est heureux dans sa structure, je sais ce qu'il en est quand il est pressé de retrouver ses copains et ses gananoth le matin et dépité de les quitter en fin de journée...

La différence est tellement éclaboussante qu'elle en devient presque perturbante!!!

"Là bas", mon fils s'accrochait à moi comme à un petit koala dès qu'on passait la porte du gan. Il ne voulait pas que je le pose, ni que je le lâche, et encore moins que je parte... Dans notre nouveau gan, mon fils saute de sa poussette pour arriver le premier! Il est toujours accueilli chaleureusement comme si c'était le seul enfant, le plus précieux!! Tout le monde est heureux de le voir! Et lui, saute dans les bras de sa ganeneth et court déjà jouer comme si tout le gan lui appartenait!

"Là bas", il m'attendait à 16:00 à la porte d'entrée déjà en pleurs avant même de me voir arriver. Je devais être la première des mamans à venir le chercher pour ne pas qu'il pense que je l'ai oublié ou que j'ai trop tardé. Il attendait anxieux, parfois Il était parterre déjà en larmes parce qu'une maman était arrivée avant moi... je mettais de longues minutes à le calmer en le serrant contre moi... Ici, mon fils ne me calcule presque pas quand je viens le chercher! Il s'enfuit pour pouvoir continuer à jouer!! Il me montre tous ses jeux, fait le tour du gan, sourit ! Court! Chante! Danse! Il veut être le dernier à partir! Il m'embrasse et m'enlace comme si je lui avais offert la meilleure des journées de sa vie! Tous les jours... Sur le trajet du retour, il rigole tout seul aux éclats et chante à tue tête!

"Là bas", Il ne dormait pas bien, ne voulait pas faire la sieste ni trop manger... et faut croire qu'il ne participait pas aux "ateliers"... "Ateliers" avec de gros guillemets! Parce que lorsque je vois toutes les merveilleuses et si créatives activités de notre nouveau gan, je ris jaune d'avoir cru que cet autre endroit était adapté et qu'il y apprenait quelque chose... qu'il s'amusait, découvrait... Non! Il passait le temps. Uniquement!

Je me rappelle d'une scène un jour où j'étais arrivée à l'avance... la salle était plongée dans le noir et tous les enfants étaient allongés sur les matelas et les cris de la fameuse ganeneth qui exigeait le silence résonnait dans la classe... mon fils était le seul debout, Il courait derrière elle et avec son petit doigt faisait: "nononononon!" À la maison on ne crie pas. Cette fameuse ganeneth... faut croire que déjà Il avait compris... lui! Ahhhh comme cette scène m'avait fait rire à l'époque... et comme elle me fait de la peine maintenant! Mon fils rentrait tellllllement crevé que souvent il s'endormait, s'écroulait, à 17:00 sans manger puis évidemment se réveillait à 03:00...

"L'adaptation" toujours elle... elle a bon dos. À mon sens, c'est un gros mot!

Cette adaptation on a du la vivre aussi dans son nouveau gan. Et c'était un processus difficile. Mais nécessaire et surtout doux! Elle devait aider mon fils à s'intégrer, à se familiariser... à s'adapter. Non pas de force! Mais de grès! Qu'ils ont été terrifiants ses premiers jours d'essai où je restais assise à côté de lui et où je voyais mon bébé trembler dès qu'une nouvelle ganeneth - pourtant si bienveillante et patiente - essayait de l'approcher! Il pleurait, apeuré, dès qu'il pensait que je m'éloignais. Pendant des semaines, je suis restée près de lui pendant que ces merveilleuses gananoth essayaient de l'apprivoiser, comme un petit animal blessé. S'entendre dire que mon fils avait du subir un véritable traumatisme pour réagir ainsi... ahhh je l'ai maudis ce gan pourri qui lui avait volé sa joie de vivre! Oui "l'adaptation", la vraie, je sais désormais ce que c'est! C'est ici que je l'ai apprise! Dans ce nouveau gan, il s'agissait d'un temps pour réparer, reconstruire une confiance brisée, l'aider... et m'aider également à lâcher prise... à partir... petit à petit. 20 Minutes. 1 heure. Puis deux. Puis 3. Leath leath... Et elle ne dure pas indéfiniment! Mais juste un temps! Ce n'est pas une raison valable pour excuser tous les maux. C'est surtout une excuse bidon!!!

Dans son nouveau gan, Ariel dort et se réveille en chantant... Il reste gentiment assis pendant toutes les activités qui le nécessitent. Des heures. Sans qu'on le force! Sans qu'on l'attache! Juste en lui faisant confiance! Faut croire que les ateliers là bas ne l'intéressaient pas!

"Là bas", je lui apportais trois brioches, une banane et il buvait tout un biberon d'eau à la sortie du gan.... je me demandais d'où lui venait cet appétit... il faut croire qu'il ne mangeait pas assez et que personne ne surveillait... Il semblerait que si l'enfant ne mangeait pas "dans les temps", passé ce délai, elles débarrassaient la table et tant pis pour ceux qui auraient faim plus tard!

"Là bas" Il était le soliste du groupe, et ne lâchait pas son doudou: un petit Lion qu'il prenait de la maison et qu'il agrippait toute la journée... Il s'accrochait à lui comme à une bouée, ça le réconfortait...

"Là bas", Il ne souriait pas sur les photos, Il avait plutôt l'air triste et me donnait l'impression que je l'abandonnais quand je le quittais...

"Là bas", Il n'a jamais été "Aba shel Chabat." On ne nous l'a jamais même proposé...

Et Ici ? ici, il oublie son Lion dans son sac... ici, il rit aux éclats... ici, sa nouvelle ganeneth m'a demandé si je voulais bien qu'il soit "Aba shel Chabat" la deuxième semaine déjà de son arrivée! J'en aurais pleuré!

"Là bas", Ariel stagnait. Il ne parlait pas. Ne s'épanouissait pas. Je n'ai jamais décelé le moindre progrès... Il était tristounet. Après un mois passé ici, mon fils n'arrête plus de papoter! Il joue avec les autres enfants plein d'une confiance renouvelée! C'est lui l'initiateur. Lui le leader.

"Là bas", Il était toujours propre, son tee-shirt ne présentait jamais aucun signe de vie, d'activités, de folie... jamais ils n'ont utilisé ses affaires de rechange... Par contre, il était toujours malade... deux jours de gan, 6 jours à la maison... otites, grippes et j'en passe. Et on se dit, on nous dit, que c'est normal. Que c'est comme ça.

Ici, la ganeneth le change tous les jours! Dessins, sable, nourriture, peinture, activités manuelles! Il fait tellement de choses que forcément les tee shirt, comme ses yeux, en voient de toutes les couleurs!!!! Et comme j'aime voir mon bac de linge sale se remplir de ses souvenirs!!!

Ici, la ganeneth m'a appelé un jour parce qu'elle soupçonnait qu'Ariel avait peut être une petite gêne aux oreilles... elle me dit de le laisser au gan, de ne pas m'inquiéter, qu'elle s'occupait de le pouponner mais de prendre Rdv chez le pédiatre à la fin de la journée. Le docteur a été étonné de me voir déceler les signes si précocement! Les antibios sont évités, des petites gouttes pendant la journée et Ariel peut retourner s'amuser... À ce point là, elle s'y connaît. À ce point là, elle le connaît!

Les fêtes!! "Là bas" il s'agissait de dresser la table pour faire bonne figure pour la séance photo what's app destinée aux parents. Selon les dires des gananoth en 30 min tout était déjà débarrassé! Dossier bouclé!

Ici, la fête c'est toute la journée!!!! Et les gananoth n'ont pas le temps ni de répondre au téléphone ni d'envoyer régulièrement 1000 photos!! Elles sont bien trop occupées à s'occuper de nos enfants!! Désolée les grands! Vous devrez attendre ;)

Ahhhhhhhh je pourrais continuer indéfiniment.... mais vous avez cerné l'idée!

Mon fils est heureux. Et moi comblée.

Mais aussi.... encore plus décidée à pointer du doigt ce gan qui a failli ruiner la belle enfance de mon fils!

Cette usine - ou devrais-je dire ce "business" - mise en place par des gens incapables de comprendre les besoins de la petite enfance. Cette structure qui n'est que discipline austère et regard sévère, qui apprend surtout à un bébé à se taire, à ne pas bouger, à ne pas déranger! Sous peine d'être attaché! Je plains les parents qui continuent de faire confiance aux responsables de ce gan sous prétexte que... Ils ne savent pas ce qu'ils ratent...

On ne s'appelle pas "lev" quand on n'a pas de coeur.

Chers parents, ouvrez les yeux et choisissez pour vos enfants le meilleur, ailleurs...! Là où il y a de la joie de vivre et des éclats de rire... et de l'amour... encore et toujours ! 29/05/17

Retrouvez-nous sur
  • Facebook Basic Square
Articles récents
Archives