La routine

J'adore déménager. Tout recommencer à zéro, vivre l'excitation du début, ne pas connaître le quartier, le pays, découvrir des nouvelles ruelles inconnues, apprendre les nouveaux espaces d'un nouvel appartement. Quand je déménage je me sens libre, je vis. Ça doit être dans mes gènes après tout nos ancêtres étaient nomades, et cette envie de bouger coule dans mes veines comme de la lave en fusion. Je me suis toujours dit que je ne changerai jamais. Les gens riaient, "attends d'avoir des enfants" je riais encore plus fort "je les emmènerai partout" Et il y'a un an mon petit miracle est arrivée. La princesse de ma vie, la perfection de mes nuits, ma raison de respirer, ma beauté enchantée. Je l'emmène partout, en week end dans des hôtels , elle dort dans chaque lit de la maison, elle va avec nous au brunch du Nikki beach le dimanche, à la plage l'après midi. Par contre elle pleure beaucoup, elle dort mal, elle mange à peine. Elle semble dérangée Pourquoi? C'est ça la vie! Le bruit, le monde, dormir à pas d'heure, manger n'importe comment. Et puis un jour je réalise. On me demande "à quel heure elle dort le soir ?" Je rigole "bah quand elle veut" Et le regard de cette personne me fait comprendre. Je lis dans son regard ce que je ne veux pas m'avouer. C'est un nourrisson elle n'a pas besoin de bruit, elle n'a pas besoin de rester dans le salon a entendre le film, elle doit être cadrée, elle doit avoir une routine. Ce mot me fait peur. Je hais la routine, je vis à 2000 à l'heure, je ne sais pas dans quel pays je vais habiter demain, mes horaires au boulot change toute les semaine. Ma fille a besoin d'une routine? Sûrement pas! Elle est comme moi, nomade, elle veut découvrir le monde, rencontrer chaque jour des inconnues, se balader pendant des heures Oui c'est sur c'est ce qu'elle veut. Et c'est ce que je veux aussi. C'est parfait! Mais ... Elle est souvent grognon, ne finit pas ses biberons, se gratte les yeux, s'endort au bras et fais des micros siestes. Je réalise doucement que quelque chose cloche, que je vais devoir changer mes habitudes, mes grains de folie, mes sorties à pas d'heure pour SON bien. Doucement doucement je m'habitue à rentrer chez moi en fin d'après midi toujours à la même heure, à lui préparer son repas, la même soupe qu'elle mangera aux mêmes horaires, lui faire le bain avec les mêmes jeux, lui mettre la meme berceuse chiante comme c'est pas possible. La mettre au lit, lui dire que je l'aime, lui faire shema, embrasser ses paupières douces comme les ailes d'un papillon. Et sortir de la chambre. Elle ne couine pas, elle ne se frotte plus les yeux, elle me voit sortir de la chambre et elle ferme ses grands yeux merveilleux, elle part rêver d'un monde doux, rose, avec des nuages, une ou deux licornes et de l'amour qui se déverse comme une fontaine d'or chaud. Est ce que c'est dur? Qui a dit que c'était facile? Est ce que j'ai envie de la mettre dans la poussette et d'aller boire un verre au bord de la mer? Oui TOUT LES SOIRS. Mais ou est ce que je suis tout les soirs? Avec elle a lui faire le bain à la même heure, à écouter avec elle cette berceuse et à me dire que la seule chose qui compte c'est ses besoins. La routine est terrible mais ma routine s'appelle le bonheur de Lya. Cet équilibre et ce bonheur n'auront jamais de prix.

Retrouvez-nous sur
  • Facebook Basic Square
Articles récents
Archives