La surveillance baignade

 

Au bord de l’eau, sur une plage ou près d’une piscine les enfants sont vulnérables.
Ne laissez JAMAIS les enfants sans surveillance !

A la plage : Les conditions de baignade peuvent changer au cours de la journée. Les consignes de sécurité sont signalées par les drapeaux de baignade, respectez-les et consultez-les régulièrement au cours de la journée. Même si la zone est surveillée, restez toujours attentif à vos enfants
 

°Une vigilance permanente des parents est indispensable : les tout-petits sont trop jeunes pour avoir pleinement conscience des dangers !

On peut leur expliquer les risques mais les prévenir ne suffit pas, il faut anticiper constamment les risques encourus.
 

°Choisissez les zones surveillées et informez-vous sur les conditions de baignade
 

°L'intervention des équipes de secours est plus rapide dans les zones surveillées
 

°Restez près des enfants quand ils jouent au bord de l’eau ou lorsqu’ils sont dans l’eau.
 

°Profitez de la baignade en même temps qu’eux.Si vous êtes plusieurs adultes, désignez l'un de vous responsable de leur surveillance pendant la baignade.
 

°Apprenez-leur à nager dès l'âge de 4 ans et faites leur prendre conscience du danger.
 

°Équipez les enfants de brassards  adaptés à leur taille, leur poids et leur âge  dès qu’ils sont à proximité de l’eau. Même s’ils sont équipés surveillez-les en permanence.
 

°Les bouées ou autres articles flottants (matelas, bateaux pneumatiques, bouées siège...) ne protègent pas de la noyade : restez vigilant.!
 

°Le programme farniente sur la serviette avec les yeux fermés, on oublie ! 
 

°Pensez à équiper votre enfant d'un bracelet d'identification : 

 - Nom et prénom de l’enfant

 - Votre numéro de portable 
 

° Pour limiter les risques qu’un enfant s’égare à la plage, il est nécessaire de lui donner un repère visuel fiable et de lui apprendre à l'utiliser pour retrouver sa place.Si vous faites partie de ceux qui s'y rendent tous les jours ou de façon régulière , essayez autant que possible d'avoir le même emplacement à chaque fois. 

 

Si vous possédez une piscine redoublez de vigilence.

Un enfant peut se noyer même dans 15 cm d'eau d'une petite piscine gonflable ! 

 

°Equipez-le de brassard dès qu’il est à proximité de la piscine.
 

°Prévoir serviettes et vêtements de change.
 

°Ayez à côté de la piscine une perche, une bouée et un téléphone pour appeler les secours le plus rapidement possible en cas de noyade.
 

°Après la baignade, sortez tous les objets flottants (ballon, bouée…) qu’il pourait attraper au risque de tomber à l’eau.
 

°Vous devez obligatoirement équiper votre piscine d’un dispositif de sécurité (barrière, alarme sonore, bâche ou abri de piscine).

 

 

Peut-on se baigner après manger ?

 

On a du vous le dire : juste après un copieux pique-nique, pas question d'aller piquer une tête sous peine de noyade.

 

Pourquoi conseille-t-on d'attendre quelques heures avant de se jeter à l'eau ?

 

Lors d'une baignade qui suit un repas, l'organisme doit donc faire face à trois dépenses simultanées.

C'est faisable, certes, mais c'est beaucoup. Les coups de pompe, voire dans certains cas les évanouissements attendent le baigneur au tournant.

Dans l'eau, le moindre malaise peut vite tourner au drame : on peut se noyer, même à faible profondeur.

En réalité, le principal danger qui guette les baigneurs, qu'ils aient mangé ou non, c'est l'hydrocution!

Ce phénomène est dû à une différence de température entre l'eau et le corps.

 

Attendre... mais manger quand même

 

Le plus sûr, donc, est d'attendre deux à trois heures après le repas, que le travail de l'estomac soit quasiment terminé.

Et surtout, d'entrer dans l'eau progressivement afin que les vaisseaux sanguins ne s'affolent pas.

Enfin, s'il n'est pas recommandé de nager juste après avoir manger, il n'est pas non plus conseillé de le faire à jeun sous peine d'être victime d'un autre malaise, d'hypoglycémie cette fois


La noyade sèche, c'est quoi ?

D'après l’OMS (Organisation Mondiale pour la Santé), la noyade se définit comme une insuffisance respiratoire due à une immersion ou submersion dans du liquide. Elle survient lorsque de l’eau pénètre dans les poumons et que la respiration devient impossible.Le manque d’oxygène provoque alors un arrêt cardiaque, puis la mort. Une infime quantité d’eau (comme celle avalée quand on boit la tasse) peut suffire pour inonder nos poumons en quelques secondes. Parfois, la noyade peut intervenir plusieurs heures après la baignade (jusqu’à 72 heures plus tard).
On parle dans ces cas de « noyade sèche » ou « noyade secondaire ». Et c'est malheureusement chez les enfants que ce type d’accident est le plus courant

Attention cependant. Boire la tasse arrive fréquemment et ne conduit pas toujours à une noyade à sec, fort heureusement.
En toussant un peu, on arrive en général à expulser l'eau. Les noyades sèches peuvent ainsi plutôt intervenir suite à une noyade évitée, à laquelle personne n'a fait attention.
En effet, une situation de noyade peut passer inaperçue : le premier réflexe en cas de noyade, c'est de fermer la bouche. La victime ne va pas donc pas forcément crier, ni expulser l'eau avalée.
Par ailleurs, le baigneur va souvent allonger les bras pour se maintenir à la surface et pas toujours gesticuler. Des signes donc discrets si on n'est pas attentifs.


Quels signes peuvent vous alerter en tant que parents ?

Il est donc largement recommandé de ne jamais laisser un bébé ou un enfant sans surveillance près ou dans l'eau. Une noyade peut en effet intervenir en seulement 30 secondes. Le risque est multiplié pour ceux qui ne savent pas nager, bien entendu, ainsi que chez les plus petits. Si la tête d'un bébé tombe dans l'eau, il n'arrive parfois pas à se relever. Restez donc toujours à proximité de vos petits bouts lors d'une baignade.

Ces consignes s'appliquent pour une noyade classique, mais pour une noyade sèche, certains symptômes doivent vous alerter.

Si votre enfant présente des difficultés à respirer, une fatigue extrême après un passage dans l'eau, si son teint devient plus grisâtre, qu'il tousse, qu'il change de comportement (un peu plus maussade, râleur) ou si des bulles sortent de sa bouche... cela peut être inquiétant.
Restez donc vigilants, jusqu'à quelques heures après le passage dans l'eau.Tous ces symptômes sont en effet le résultat d’un manque d'oxygène au cerveau, qui peut conduire à un œdème pulmonaire.
Au moindre doute, n'hésitez pas à consulter un médecin en urgence : prise à temps, une victime de noyade sèche peut être sauvée.

 

Source - MagicMaman 

 

 

* En 2018 37 enfants sont décédés suite à des accidents de noyades et 36 sont restés avec des séquelles très graves 
En 2019  9 enfants sont morts noyés 
Source : BéTerem - 
בטרם

Petit lexique à la plage 

 

°Au secours :Hatsilou - הַצִּילוּ

°Bouée : Galgal -גַּלְגַּל

°Brassards : Metsofim - מְצוֹפִים
°Bronzer : Léhishtazef - לְהִשְׁתַּזֵּף 

°Chaise longue : kissé Noahk - כִּיסֵּא נוֹחַ

°Chapeau : Kova - כּוֹבַע

°Coup de soleil : Makat shemesh - מַכַּת שֶׁמֶשׁ

°Crème solaire : Krème shizouf - קְרֶם שִּׁזּוּף

°Drapeau noir : Déguel shahor - דֶּגֶל שֶׁחֹר

°Drapeau rouge : Déguel adom - דֶּגֶל אָדום 
°Drapeau blanc - Déguel lavan -  דֶּגֶל לָבָן 
°Drapeau violet - Déguel sagol - דֶּגֶל סָגוֹל

°Eau profonde : Maïm amoukim - מַיִם עֲמֻקִּים 

°Interdit de se baigner : Assour léhitrahèts -  אָסוּר לְהִתְרַחֵץ 

°Lunettes de soleil : Mishkafaé shemesh - מִשְׁקְפֵי שֶׁמֶשׁ

°Maillot de bain : Bégued yam - בֶּגֶד יָּם

°Maître-nageur : Matsil - מַּצִּיל

°Méduse : Médouza - מֵדוּזָה 

°Mer : Yam - יָם

°Nager : Lis’hot - לשחות

°Ombre : Tsèl - צֵל

°Parasol : Shimshia - שִׁמְשִׁיָּיה

°Plage privée : Hof prati- חוֹף פְּרָטִי

°Plage publique : Hof Tsibouri - חוֹף צִבּוּרִי

°Premiers secours : Ezra rishona - עֶזְרָה רִאשׁוֹנָה 

°Sable : Hol - חוֹל

°Serviettes : Maguevète - מַגֶּבֶת

°Soleil : Shemesh - שֶּׁמֶשׁ

°Vagues : Galim - גַּלִּים

               La signalétique sur les plages 

►Drapeau noir : Baignade interdite


►Drapeau rouge : Baignade dangereuse mais surveillée

►Drapeau blanc  : Baignade surveillée sans danger


►Drapeau violet : Attention méduses 

 * Les plages sont déclarées publiques par le Ministère de l'intérieur qui se base, entre autres, sur l'expertise sanitaire du Ministère de la Santé.

L'état d'Israël comprend des plages publiques le long de la Mer méditerranée, la Mer Rouge, le Kinnereth et la Mer Morte. 

 

Les mers et les plages de baignade sont exposées à des pollutions diverses telles que: problèmes des systèmes d'égout, déversement d'égout par des usines industrielles, rivières polluées, systèmes de drainage municipaux, engins maritimes et dans certains cas, les baigneurs eux-mêmes.

 

Afin d'assurer la santé des baigneurs, le Ministère de la Santé a établi une norme de la qualité de l'eau et des plages ainsi que des règles interdisant la baignade dans des cas de pollution ou de craintes de pollution. 

 

 

Une plage sera interdite à la baignade sur la base d'un ou de plusieurs des critères suivants: 

 

  • L'existence de signes épidémiologiques de cas de maladies infectieuses liées à la baignade sur cette plage. 

  • La présence d'une sortie d'égout ou d'eaux usées, à proximité de la plage qui risque de la polluer. 

  • La découverte de molécules de substances fécales sur la plage ou dans l'eau de mer.

  • La présence de facteurs qui, selon le Ministère de la Santé, risque de constituer un danger pour les baigneurs. 

  • La déviation de normes quantitatives conformément aux résultats suivants:a. Résultats d'analyse excédant 105 microbes entérocoques.b. Résultats d'analyse excédant 400 coliforme fécaux.
     

Des échantillons de microbes entérocoques sont effectués sur les plages habituelles. Des échantillons sont réalisés pour les deux types de microbes sur les plages problématiques.

 

 

Pendant la saison balnéaire, les autorités locales prennent des échantillons de l'eau de chacune des plages au moins une fois par semaine ( sauf pour l'eau de la Mer Morte à cause de sa salinité) et ces échantillons sont envoyés à des laboratoires pour y être analysés.  Pendant l'hiver, des échantillons sont prélevés des plages une fois  par semaine.

Des échantillons sont prélevés des plages ouvertes à la baignade pendant l'hiver comme en été. Les résultats sont supervisés par le Ministère de la Santé. ​

Source : 
Ministère de la Santé

* Vous pouvez aussi consulter les rubriques  : les piqûres de méduses et  les dangers du soleil