Le portage de Bébé 
                                                                       

 

Le portage est une technique ancestrale, utilisée de génération en génération dans de nombreuses cultures, pour ses bienfaits pédagogiques, psychologiques, et physiques.

Des chercheurs américains ont démontré que porter Bébé réduit les pleurs et l’agitation de 43 %.

La raison est simple : collé l’un à l’autre, l’adulte détecte tout de suite les besoins du nouveau-né et peut donc les assouvir sans attendre.

Après neuf mois lové dans votre ventre, Bébé a aussi besoin de retrouver certains repères : votre voix, votre odeur, vos mouvements etc.

Tout contre vous, il se sent plus rassuré, apaisé… et vous aussi !

 

Attention aux idées toutes faites !

Les idées toutes faites qui circulent sur ce qu’il est bien ou mal de faire avec son enfant peuvent brouiller les désirs et mouvements spontanés des parents.

 

Comme il est triste de voir une mère s’empêcher de prendre son enfant qui pleure parce qu’on lui a dit trop souvent « qu’un enfant trop porté prend l’habitude, fait des caprices et ne devient pas autonome » 

(ce qui est totalement faux)…mais comme il est triste aussi de voir une mère épuisée se forcer à porter son bébé parce qu’on lui a dit que c’est "ce qu’il y a de mieux pour son enfant".

 

Dans les deux cas, de telles positions extrêmes suscitent culpabilité et frustration.

 

Alors, négocions avec notre bébé de façon à respecter au mieux les besoins de chacun !

A la découverte du portage physiologique 


L’arrivée d’un bébé dans la famille, que ce soit le premier ou non, suscite de nombreuses questions sur différents sujets.

En général, le premier achat envisagé est la poussette car évidemment, il est important de pouvoir promener bébé, mais surtout de continuer à vivre presque normalement, et se déplacer d’un endroit à l’autre avec son enfant.

Etrangement les systèmes de portage ne sont envisagés qu’ « accessoirement » par la majorité et se ressentent comme complémentaires à la poussette et non comme une alternative réelle.

 

Il est important de préciser, dès le départ, une différence fondamentale entre les différents modes de portage qui existent sur le marché, car bien souvent de nombreuses confusions existent et surtout entrainent des amalgames et de fausses idées.

Bien souvent, on pense que le portage procure des maux de dos par exemple, ou que cela n’est possible que les premiers mois car après le bébé devient trop lourd. 

 

Il y a globalement deux écoles de pensées :

°L’une qui va favoriser le portage dit « classique », comme c’est le cas notamment pour la majorité des porte-bébés vendus en magasins de puéricultures : Le baby Bjorn est l’exemple absolu.

 

°L'autre école de pensée, qui va complètement à l’opposé, et qui décrit un portage dit « physiologique »

Quelle est la différence ?

 

°Dans un cas le bébé est plutôt suspendu par l’entrejambe, il ne s’agrippe pas sur le corps du porteur mais est maintenu dans une sorte de harnais. Les jambes sont ainsi pendantes et le dos du bébé est droit. La tête du nouveau né est maintenue avec une certaine rigueur.
 

°Dans l’autre cas, le cas du portage physiologique, on encourage la position que le bébé avait dans le ventre de sa mère.

Ainsi le bébé aura les jambes légèrement écartées, relevées au niveau du nombril, le bassin sera basculé, le dos arrondi et la tête totalement libre, car la position arrondie du dos implique le maintient naturel de la tête, sauf pour les cas des bébés ayant un tonus faible à la naissance, ou sauf bien sûr, si le porteur se penche en avant.

 

Globalement nous avons une « boule de bébé » qui est en position dite « grenouille ».
L’écartement des jambes va augmenter avec l’ouverture du bassin qui sera plus important vers 5 mois environ.

Les positions d’un type de portage à l’autre sont radicalement opposées et vont entrainer aussi un confort bien différent.

Dans le cas du portage classique, en effet le porteur aura des tensions au niveau des épaules et du dos et le bébé pourra développer des réflexes peu naturels si le portage est d’une grande durée. 
 

En effet, le bébé par nature nait avec une colonne vertébrale arrondie qui va progressivement prendre la forme d’un S vers l’âge de un an environ et sera complètement durcie vers deux ans. Le dos du bébé n’est pas musclé à la naissance, le bassin est encore cartilagineux

Le dos va se développer en trois phases principales : au niveau des cervicales vers trois mois quand bébé sait maintenir sa tête tout seul, ensuite au niveau de la partie médiane du dos quand bébé sait s’assoir tout seule et enfin au niveau des lombaires, bas du dos, quand bébé sait marcher.

Le portage physiologique permet de respecter naturellement le corps du bébé et prend en compte cette immaturité par la position qu’il propose.
En effet, quand le bébé a le dos droit, dans un portage classique, les disques intervertébraux se touchent et donc quand le parent se déplace, il entraine des micro-chocs au niveau du dos de bébé ce qui peut lui procurer un certain inconfort après une longue durée de portage.
Comme il est en suspension, le bébé n’a pas la possibilité de s’agripper ou de développer ce qu’on appelle le réflexe d’agrippement qui est inné chez tous les humains mais dont nous ne nous servons peu.

Par contre avec le portage physiologique, le dos du bébé est arrondi ce qui signifie que les disques intervertébraux ne se touchent pas et quand le parent se déplace, aucun inconfort pour le bébé est à signaler puisqu’il est dans une position de détente. Notons par ailleurs que les gymnastes pour détendre leurs muscles et s’échauffer, effectuent ce qu’on appelle le culbuto, ils arrondissent leur dos et font des basculements sur le sol.

 

Au niveau des hanches, il est important de noter que l’écartement que l’on propose en portage physiologique est d’une part naturel chez le nourrisson et d’autre part permet la bonne formation des hanches qui sont encore cartilagineuses. D’ailleurs les bébés qui ont une dysplasie de la hanche, porte entre-autre un lange câlin qui propose un écartement à l’instar du portage physiologique.
Enfin, au niveau du développement moteur, certains bébés peuvent gagner quelques mois d’un point de vue développement physique, en marchant plus tôt que prévu par exemple.
Mais cela va dépendre de chaque bébé, il est impossible de faire une généralité, il s’agit d’une tendance.
Par contre au niveau de l’équilibre, il est clair qu’un bébé porté, va développer un sens de l’équilibre supérieur qu’un bébé non porté, du fait qu’il soit en hauteur. Après cela va dépendre aussi de la fréquence de portage.

 

Le développement affectif et sensoriel : 

Il est évident que le parent va  créer une relation assez unique, voire fusionnelle, avec son bébé qui lui permettra de le comprendre facilement et de ressentir très vite ses besoins.
Il faut comprendre qu’un bébé qui vient de naître et cela jusqu’à trente mois selon des études (allemandes notamment) a besoin essentiellement de sécurité et doit éviter au maximum le stress et l’angoisse.Le stress libère une hormone appelée cortisol qui n’est pas bonne pour le développement cérébral du bébé.
En portant son bébé contre soi, dès la naissance, et autant qu’il en a besoin, permet d’avoir un bébé calme, reposé et serein.
Quand le bébé est serein, les parents le deviennent aussi. Le contact avec la peau du parent favorise le développement du bébé de façon incroyable et c’est d’ailleurs aujourd’hui, une réelle pratique en néo natalité.

Globalement le contact peau à peau permet de rendre plus stable le rythme cardiaque du bébé, à réguler sa température et surtout d’apporter une protection bactérienne car les colonies bactériennes qui protègent le corps du parent vont aussi habiter celui du bébé.
C’est comme au niveau de l’allaitement, la transmission d’anticorps par le lait maternel.
Une étude américaine démontre que 3 heures en peau à peau équivalent à deux semaines de couveuses, ce n’est pas à négliger.
Enfin notons que pour les mamans qui allaitent, le fait d’avoir son bébé contre soi permet de favoriser la lactation, du fait de la chaleur exercée entre le contact des deux corps.

*étude menée aus USA dans les années 1980 par Drs Righard et Alade ; Uvnas-Moberg ; Sosa, Kennell, Klaus et Urrutia)

 

Au niveau social, le portage est une réelle thérapie.

D’un côté le parent est assurée de savoir comment va son bébé et peut en quelque sorte lui procurer les sécurités nécessaires des premières semaines, mais quand le bébé commence à s’intéresser à la vie qui l’entoure, il peut de lui-même découvrir à son rythme son entourage.
En effet, comme il a toujours comme repère son parent qui le porte, il se laisse plus facilement aller à regarder autour de lui sans crainte.
Les bébés portés deviennent très souvent des enfants extrêmement indépendants quand ils arrivent à un âge où ils demandent de moins en moins à être portés.
L indépendance est une chose qui ne se donne pas, mais qui se prend, dans le cas des bébés c’est très flagrants.Cela va encore une fois à l’encontre des idées reçues qu’un bébé porté ne voudra que les bras, bien au contraire, car il aura reçu tellement de contact que c’est lui qui tentera de trouver son indépendance.

 

Les bébés portés sont aussi très sociales car ils ont l’habitude de voir du monde en toute quiétude. Cette assurance est essentielle pour leur donner cette confiance envers l’environnement. Du fait d’observer en hauteur la vie courante des adultes, ils apprennent très vite et c’est d’autant plus vrai quand le bébé est porté sur le dos, c’est notamment ce qui est enseigné en sociologie.

 

Mais l’utilité du portage ne doit pas être envisagée qu’au niveau des bienfaits physiques, moteurs ou autre.
Le premier avantage et non le moindre, c’est cette liberté offerte au parent, d’avoir d’une part son bébé contre soi et d’autre part, de pouvoir faire ce qu’ils ont à faire dans la vie quotidienne.
Le portage physiologique permet un portage dorsal assez précoce qui est très libérateur dans le cas d’une grande fratrie par exemple.

Porter son bébé et pratiquer cela, ne signifie absolument pas porter en permanence obligatoirement.
Le portage est avant tout un plaisir partagé, une relation, un échange. S’il devient une contrainte, le gout se perd et se font dans les obligations de la vie. Tel n’est pas l’idéal.

 

D’un point de vue pratique :

il est clair que porter son bébé c’est avoir la possibilité d’être libre, de faire ses courses, de prendre le bus, de faire même son ménage, de cuisiner etc sans avoir un bébé « grognon » qu’il faut calmer sans cesse.
Porter son bébé c’est s’assurer que dans les premiers mois il va bien dormir contre soi.
L’éveil commencera vers quatre mois environ et cela dépendra des bébés. Pour les nourrissons c’est aussi un moyen assez efficace pour lutter contre les fameuses coliques du nourrisson car la chaleur du contact permet de dissoudre les gaz dans le ventre de bébé.
Pour les bébés à reflux, c’est l’unique moyen de conserver une vie pour le parent car, le maintenir en position debout tout le temps, sans système de portage, ce n’est pas très simple.

 

Les systèmes de portage physiologiques sont très nombreux :

°L’écharpe tissée ou élastique qu’il faut impérativement apprendre à utiliser comme il faut, avant utilisation, et ne pas forcément se référer au manuel fournis avec.
°Les portes bébés d’inspiration asiatique, que l’on appelle mei tai. Ils sont plus rapides à installer que les écharpes, et enfin, il y a ce qu’on appelle les portes bébés préformés qui ressemblent beaucoup au portage classique, avec une différence notoire au niveau de l’assise et du tablier dorsal qui se veut très souple.
La majorité de ces systèmes permettent de porter dès la naissance jusqu’à 18-20 kg environ, et surtout sur trois positions différentes :
le ventre à ventre, le portage sur la hanche et enfin le portage dorsale qui est très recommandé dès que bébé dépasse les 10 kg.

Le portage physiologique ne fait pas mal au dos car étant donnée la position du bébé, le poids de celui-ci est réparti sur tout le corps du porteur.
Ainsi au départ, on ne se rend presque pas compte que l’on porte un bébé et comme bébé grandit progressivement et que le porteur se muscle aussi le dos et améliore sa posture en parallèle, il ne se rend pas compte que bébé a grandit et pèse son poids.
Si vous avez des problèmes de dos, dans la majorité des cas, ils partiront tout le temps que vous aurez un bébé à porter.

 

 

Daphné Hatchwell